Top Infos
Top Infos

Top Infos Rewmi du 27 11 2023

Top Infos Rewmi du 27 11 2023: Abbas Fall plaide pour Ngagne Demba Touré en exil….Siteu livre de la drogue à un détenu accusé de viol….Ranch de Dolly…Bonne nouvelle pour les utilisateurs des compteurs Woyofal…Assises des médias…

 

Publicités

Bonne nouvelle pour les utilisateurs des compteurs Woyofal

Le Ministre Antoine Félix Abdoulaye Diome a déclaré, ce samedi lors du vote du budget de son ministère que le président de la République a décidé de retourner au système antérieur du Woyofal avec la suppression totale de la 3e tranche. Selon lui, à partir de maintenant avec effet immédiat, il n’y aura plus de 3e tranche du Woyofal. «Le président a décidé de retourner au système antérieur du Woyofal avec la suppression totale de la 3e tranche. Il n’y aura plus de 3e tranche du Woyofal», a informé Antoine Félix Diome.


Abbas Fall plaide pour Ngagne Demba Touré en exil

Le député Abbas Fall a lancé un vibrant message au ministre de la Justice. Selon Abass Fall, Me Aïssata Tall Sall doit porter à nouveau sa toge d’avocat pour réconcilier la justice avec le peuple. « Je vous demanderai de porter la robe pour que la justice se réconcilie avec son peuple. Vous savez que les sénégalais ne croient pas en la justice » dit-il. Le cas du greffier qui est en exil a été évoqué. « Ngagne Demba Touré ce brillant garçon qui est votre parent n’a pas le droit de s’exiler. Son seul crime, c’est de militer aux côtés de Sonko qui lui a vendu une nouvelle vision » regrette le parlementaire.

Assises des médias

Les jeunes reporters évoluant dans les régions de Louga, Saint-Louis et Matam ont pris part, samedi à Richard-Toll, à la première journée des assises régionales des médias, à la suite de celles organisées en aout dernier à Dakar. « Il nous fallait venir dans les régions pour recueillir les doléances de nos confrères, c’est pourquoi nous avons divisé le Sénégal en cinq zones pour aller voir les confrères, échanger avec eux et recueillir ce qu’ils ont comme propositions à nous faire pour les assises, a déclaré Maguette Ndong de la CAP. M. Ndong ajoute que les six commissions qui ont été mises en place visent à permettre aux confrères de travailler en groupe afin de mieux identifier les véritables problèmes auxquels sont confrontés les journalistes. Après une série d’échanges, beaucoup de problèmes ont été notés notamment : la précarité, le problème de mobilité, le manque de formation, l’usage de la carte nationale de presse, et tant de points qui empêchent aux journalistes d’exercer pleinement le métier dans la zone nord.

Siteu livre de la drogue à un détenu accusé de viol

Inculpé puis placé sous mandat de dépôt depuis un an par un juge d’instruction pour viol, A.Diouf a vu son dossier se corser. Le détenu âgé de 25 ans est soupçonné d’avoir introduit du chanvre indien dans la prison de Mbour selon des sources. N’eût été la vigilance et la persévérance des gardes pénitentiaires, une quantité de chanvre indien allait être livré à un détenu de la chambre 17. La drogue a été soigneusement dissimulée dans un bol contenant de la nourriture. Ainsi le conducteur de tiak-tiak D.D était chargé de déposer le colis à la maison d’arrêt et de correction de Mbour. Mais les matons ont découvert le chanvre indien au cours de la fouille. Le livreur âgé de 22 ans a été aussitôt interpellé puis mis à la disposition des éléments du commissariat central de la petite-côte pour enquête. Interrogé sur procès-verbal, D.D a avoué avoir déposé le bol au niveau de l’accueil de la prison.

Siteu livre de la drogue à un détenu accusé de viol (Bis)

 » J’ignorais vraiment qu’une quantité de chanvre indien a été dissimulée dans le bol. Un conducteur de moto m’avait demandé de lui livrer la commande » précise-t-il. Il ressort de l’enquête que le conducteur de tiak-tiak a été contacté par le détenteur du numéro […] pour déposer le bol à la prison. Ce dernier a été identifié suite à l’exploitation du téléphone de D.D. La poursuite des investigations a permis aux hommes du commissaire Bara Niang de mettre la main sur la personne qui avait donné le colis au livreur par le biais d’un autre conducteur de moto. Il s’agit de B.Dieng alias Siteu. Interrogé sur procès-verbal, le plombier incriminé a nié catégoriquement les faits. Il a été perdu par les résultats de l’exploitation de son téléphone portable. B.D alias Siteu a émis plusieurs appels et envoyé des messages au livreur D.D. Le destinataire du bol a été extrait de sa cellule sur la demande du limier en chef de Mbour. Le chauffeur placé sous mandat de dépôt depuis un an pour viol aurait passé la commande de chanvre indien. Entendu par les enquêteurs, le détenu âgé de 25 ans a nié être le propriétaire de la drogue saisie dans la prison selon des sources de Seneweb. Il ressort de l’enquête qu’il n’y a pas un autre A.Diouf dans la chambre 17 de la MAC de Mbour. Le présumé violeur connaît l’expéditeur du colis, B.Dieng alias Siteu. Au terme de l’enquête, le trio incriminé a été présenté au procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Mbour.

Ranch de Dolly

Les éleveurs membres de l’association Potital Djoloff  ont tenu un point de point de presse à Dahra pour étaler les difficultés auxquelles le secteur de l’élevage est confronté. Ils demandent la publication du décret présidentiel qui définit et fixe le modèle de gestion du Ranch de Dolly et le code pastoral. «Le  projet de loi du code pastoral a été  adopté  par le conseil des ministres du 28 décembre 2022 à Tambacounda lors de la journée de l’élevage. Nous invitons le gouvernement à faire voter cette loi pour être promulguée le plus rapidement possible pour le bien du monde rural  en général et pastoral en particulier », a souligné Daouda Ba porte-parole des éleveurs. Selon  les éleveurs, le Ranch de Dolly doit avoir exclusivement une vocation pastorale : « Le Ranch Djibo Leyti Ka est une réserve pastorale naturelle qui couvre une superficie de 87 500 ha avec un périmètre de 120 km.

Le Ranch doit contribuer à la sécurité alimentaire du cheptel, à l’amélioration des productions animales  », a indiqué M. Ba. Pour préserver le tapis herbacé, ces éleveurs demandent l’accentuation de la lutte contre les feux de brousse et l’arrêt immédiat de la dégradation de l’environnement (coupe abusive de bois, feux de brousse, charbon de bois etc). Les éleveurs menacent de boycotter la journée nationale de l’élevage prévue à Kaolack et d’organiser une marche nationale pour  amener les autorités à satisfaire leurs doléances.

Vérifier aussi

Palais : Diomaye change les fauteuils marron-beige de Macky

Le nouveau Président du Sénégal, Bassirou Diomaye Faye, a entrepris de renouveler le mobilier du …