Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Economie: La diaspora contribue prés de 1.600 milliards en 2021
Economie: La diaspora contribue prés de 1.600 milliards en 2021

Trafic de faux billets: Une calamité qui nuit au système économique

Un phénomène qui se métastase comme une tumeur. Le trafic de faux billets nuit gravement à l’économie. Au Sénégal, les faussaires déjouent les pièges, sachant qu’ils sont traqués par les pandores et les gabelous. Le trafic de faux billets bat son plein. L’activité tourne à plein régime au Sénégal. Dès lors, les saisies se multiplient.

Après une accalmie due sûrement aux nombreuses arrestations opérées ces derniers temps, le trafic de faux billets semble reprendre ses aises dans ce pays. En effet, la Division des investigations professionnelles, (DIC) avait saisi 1,5 milliards FCFA en billets noirs, à Mbour en 2021. Une opération au cours de laquelle sept (7) personnes ont été arrêtées, entre Dakar et Thiès. En 2022, Le Groupement polyvalent de Recherches et de Répression de la Fraude (GPR) des Douanes sénégalaises a fait une saisie de billets noirs d’une contrevaleur de 905 000 000 de francs CFA.

Publicités

Ladite saisie est le fruit d’une opération menée à Thiès puis à Dakar. Six (06) individus ont été appréhendés. Des informations font état d’une saisie par les agents du GPR qui auraient, le 11 novembre 2022, déjoué une tentative de mise en circulation de billets noirs dans la ville de Thiès. Par ailleurs, le fils de Mbaye Ndiaye, ministre d’Etat, Cheikh Issa Ndiaye, a été aussi arrêté à Thiès en possession de faux billets noirs estimés à 1 milliard FCFA. Lui et son complice ont été placés sous mandat de dépôt. Cet état de fait inquiète bien l’Association des clients et sociétaires des institutions financières (ACSIF). Selon Ibrahima Cissé, qui réagissait sur Rewmi Fm, les Sénégalais ne peuvent pas identifier les faux billets, d’où leur mise en circulation sur le marché. « Les faux billets circulent mais souvent certains échappent au contrôle des machines, les conséquences sont dramatiques et cela nuit à l’économie. Il faut que l’Etat applique la loi dans toute sa rigueur.

Des commerçants ne peuvent pas tout identifier aussi », insiste Famara Ibrahima Cissé. A l’en croire, le trafic de faux billets est un crime économique, les fautifs sont des criminels. En effet, la grande équation est la reconnaissance des « billets noirs » D’aucuns usent des machines de détecteur de faux billets. « Il y’en a qui prennent le temps de vérifier une fois qu’on leur donne de l’argent. Mais c’est insuffisant. Il faut user d’astuces et de méthodes pour s’en sortir », témoigne-t-il. Des faussaires qui changent de stratégie. Dans les points de transferts d’argent, nombreux sont les gérants qui déclinent certaines sommes. « Quand j’ai des doutes, je me méfie. D’ailleurs, j’évite souvent de récupérer des sommes quand je sens que c’est louche », indique Thiam.

Les billets de 2000, 500 et 10.000, les plus trafiqués

Dans les bus Tata, il est impensable pour le receveur de toucher au billet de 2000 Fcfa. Il est arrivé un moment où « les versements étaient truffés de faux billets de 2000. Nous avons décidé de ne plus les prendre », reconnaît-on.

MOMAR CISSE

Vérifier aussi

81582947 58739336

Diplomatie Sénégal-USA : Le Secrétaire d’Etat adjoint, Kurt Campbell en visite à Dakar

Le secrétaire d’État adjoint des États-Unis, Kurt Campbell, sera à Dakar du 17 au 18 …