arman

Armand Koffi: Un virtuose de la musique sacrée

Dédier sa vie au Seigneur, pour LE servir, ses pairs et soi-même… C’est qui dévore Koffi qui, l’existence et l’être sont dévoués à Dieu, pour Qui et pour Quoi, il vit. Votre invité est un croyant au propre comme au figuré, dont la voix sert à indiquer la voie, tel un berger, à son audience musicale. L’art, chez lui, est adoration et ne saurait que rapprocher le croyant de son Créateur, sans le détourner, bien au contraire, de sa vie terrestre. Guy Armand est un parfait modèle d’homme temporel et spirituel. Doctorant en pharmacie, il allie étude, travail et passion musicale pour articuler son bonheur dans la béatitude de sa foi.    

 

Présentez-vous à nos lecteurs 

A l’Etat civil, je me nomme Guy Armand  Koffi, je suis un jeune artiste chrétien, de nationalité ivoirienne qui vit au Sénégal depuis plus d’une dizaine d’années. Je suis né à Abidjan dans la commune de Treichville et je suis dans ma trentième année. Présentement, je suis pharmacien (il précise avoir obtenu son doctorat depuis 2016), je suis  aussi étudiant en année de mémoire pour le diplôme d’études spécialisées  en biologie clinique. Je suis un pharmacien biologiste  en devenir.

Photo Mon Berger scaled

Que vous inspire le gospel ? 

Pour moi, le Gospel est une façon de rendre grâce à Dieu, Lui traduire toute notre reconnaissance. D’abord moyen de communion avec le Seigneur, le Gospel est aujourd’hui presque devenu un style musical d’expression qui réunit des millions de chrétiens dans le monde. Il faut dire que nos compositions gospels sont inspirées de la parole de Dieu, l’Evangile, mais aussi d’un témoignage de vie, de notre relation avec Dieu. Le Gospel est une musique communicative qui transmet de nombreux messages positifs et des valeurs fortes pour amener des âmes au Christ. Le but final est de chanter pour la gloire de Dieu. Bien que le Gospel est avant tout un art qui permet de communier et d’exprimer les louanges à Dieu, ce style de musique a prouvé qu’il avait sa place aussi en dehors des lieux de culte et ce, dans le monde entier.

 

Des études au Gospel comment s’est fait le pont ?

Il faut d’abord signaler que je n’ai pas arrêté les études. Je suis pharmacien biologiste à plein temps et cela ne m’empêche pas de rendre grâce à Dieu au travers de mon ministère. C’est d’abord un appel, et j’ai fait le choix d’accepter l’appel du Seigneur en m’appuyant sur Dieu, qui me fortifie par son Esprit. Le Seigneur m’a tout donné, alors je ne peux que Lui donner ma vie et accepter d’être ce canal, cet instrument par lequel Dieu passe pour attirer des âmes à lui afin de les sauver. Ce n’est pas aussi facile mais avec la prière et l’organisation Dieu qualifie et capacite son serviteur.

JFI 3458 scaled

D’où tirez-vous votre inspiration ? Des versets bibliques ? 

Il faut savoir que la plupart de nos titres sont inspirés de l’Esprit Saint et les paroles sont tirées de la bible comme le chant Mon Berger extrait du Psaumes 23. Vous en avez aussi qui découlent d’un témoignage de vie, d’une expérience personnelle avec Dieu. Notre Album Reconnai’SENS sorti il y a deux jours parle d’un Dieu de bénédictions, d’un Dieu victorieux, protecteur, miséricordieux et plein d’amour.

Quels sont les thèmes abordés dans vos chansons ? 

Parlant de mes titres, le premier,   Amour Infini, je l’ai sorti juste après avoir véritablement  accepté le Christ. Ce chant traduit une reconnaissance à Dieu, je me demandais comment un Dieu si grand et puissant peux venir jusqu’à nous et nous faire la grâce d’être ses messagers, malgré le fait que nous sommes pécheurs. J’ai compris que Dieu était vraiment amour et que son amour est incommensurable. Je me devais donc de le dire à mes frères et sœurs afin que chacun puisse faire cette expérience personnelle de l’amour de Dieu et le partager autour de lui. Plus loin, j’ai sorti Praise qui vient en appoint en traduisant la joie que peuvent ressentir des assoiffés de Dieu, lorsqu’ils sont dans la présence du Seigneur. Un an après, j’ai senti de par mon témoignage de vie, sortir des titres qui sont assez similaires (Alpha Omega, Nul N’est Comme toi). Ces deux chants avec ce message qui parle de Dieu comme le début et la fin de toute chose, celui qui rend toute impossibilité possible, car si les hommes sont limités, il faut savoir que Dieu n’est pas limité, il est fidèle et ce qu’il dit il l’accomplit. Je l’affirme encore avec mon dernier titre qui est Mon Berger, extrait d’un passage biblique (psaume 23), il montre que Dieu est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Dieu ne change pas, il reste le même ! Il conduit nos pas,  pourvoit à nos besoins, nous protège et nous donne la victoire mais aussi il nous comble de bénédictions.

Beaucoup se disent chantres, suffit-il d’avoir une belle voix pour le devenir ? 

Être chantre c’est d’abord un appel, c’est vivre une vie chrétienne et agir selon la parole de Dieu. Le chantre a pour mission de chanter pour la gloire de Dieu, mais il faut aussi du talent et du travail. Notre Dieu est un Dieu d’excellence. Il faut être perfectionniste pour mener à bien l’œuvre de Dieu. Se laisser conduire par son esprit. Ne pas seulement faire une œuvre pour Dieu mais aller au-delà et faire L’œuvre de Dieu.

Le gospel rapporte-t-il de l’argent? 

Tout d’abord, nous le faisons pour la gloire de Dieu et l’évangélisation. Mais notre Dieu est le maître de toute chose, il rend prospère. Pour un débutant, c’est assez difficile, mais Dieu pourvoit et nous aide à mener à bien nos projets. Nous demandons aux âmes généreuses de nous soutenir car nous en avons besoin en prière mais aussi financièrement. Ce sont des semences que Dieu rendra au centuple.

Chant gospel rime-t-il avec folklore ?

Le gospel c’est l’évangile, des chants extraits de la parole de Dieu. Il y a beaucoup de rythmes et de styles musicaux qui sont utilisés dans la musique chrétienne ( chants d’adorations, louanges, de consécrations ) et tout dépend de la cible. C’est vrai que ce sont des mélodies qui nous rapprochent de Dieu mais nous avons des cibles, ça peut être la jeunesse, des chrétiens, parfois on peut même sortir de notre zone de confort et aller toucher même des personnes qui ne connaissent pas Dieu. Parler de Dieu et utiliser un peu de Mbalax permet aux Sénégalais de pouvoir s’imprégner même de ce chant et de pouvoir comprendre les paroles et le sens du message qui est véhiculé. Je ne crois pas que les chrétiens s’adonnent à n’importe quoi, nous sommes vraiment sous l’esprit de Dieu, et Dieu faisant les choses à merveille nous dit comment agir et comment réaliser tout cela.

 Quid des projets ?

J’ai récemment tenu un concert (le 30 Avril dernier) après ces trois années de grâce. L’idée c’était de dire merci à Dieu dont je reconnais la grandeur car c’est celui qui donne un sens à ma vie. Mais aussi une occasion d’inviter tous les  chrétiens à traduire leur  reconnaissance à Dieu. Pour ce qui est des projets à long terme, je souhaiterais tisser des partenariats avec les chantres sénégalais et aussi les chantres du monde entier afin de dynamiser davantage le gospel sénégalais mais aussi monter des projets de concours pour les jeunes talents, ouvrir une maison de production et de formation musicale. Je prie vraiment que Dieu nous y précède. Ma  vision actuelle c’est de chanter pour la gloire de Dieu et permettre à ce que nos chants puissent amener des âmes au Christ.

Un dernier mot?

Un petit message à l’endroit de ceux qui traversent une situation difficile ou qui ont une foi qui a été réduite par les circonstances de la vie. Je leur fait savoir que notre Dieu est un Dieu qui n’est pas limité, contrairement aux hommes. C’est un Dieu qui est fidèle dans sa parole, un Dieu qui, lorsqu’il dit, la chose se réalise et même si la prophétie tarde, il faudrait qu’on puisse l’attendre. Il faudrait qu’on puisse croire et on verra la gloire de Dieu se manifester dans chacune de nos activités, dans chacune de nos entreprises. J’aimerai aussi parler à cette jeune génération qui commence le gospel et leur dire qu’il faut beaucoup plus se rapprocher du seigneur, il faut développer son intimité avec lui, beaucoup prier pour que nous puissions être éclairés par l’esprit de Dieu. Et aussi laisser cette parole qui dit : oser c’est certes s’exposer à l’échec mais ne pas avoir osé c’est déjà avoir échoué. Une chose est sûre, si cette vocation est un appel du Seigneur, la volonté de Dieu ne peut nous conduire que là où sa grâce pourra toujours nous soutenir.

 

 

A propos de Mohameth

Check Also

syyy

Biennale de Dakar: Oumou Sy dévoile son programme culturel

Son nom est un label, sa parole, une pédagogie stylistique. Aussi, s’entretenir avec Oumou Sy, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rewmi Actu

GRATUIT
VOIR