Désertion: Ce que dit le Code de justice militaire

La désertion ou abandon de poste du capitaine Oumar Touré, en service à la Section de recherches de Dakar, est passible de sanctions.

Publicités

Selon le Code de justice militaire, « tout militaire ou assimilé qui, six jours après celui de l’absence constatée, s’absente sans autorisation de son corps ou détachement, de sa base ou formation, de son bâtiment ou d’un hôpital militaire ou civil où il était détenu provisoirement ». 

Dans le Cjm, le militaire ou assimilé qui n’a pas trois mois de service ne peut être considéré comme déserteur qu’après un mois d’absence. Or, le grade de capitaine fait de l’adjoint au Commandant de la Sr, enquêteur dans l’affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko, un officier subalterne, qui a plusieurs années d’expérience.

Ce qui fait qu’ « il doit impérativement adresser sa démission au président de la République. Car, la procédure est beaucoup plus complexe qu’une lettre ouverte ».

Le Code de justice militaire prévoit des sanctions contre tout militaire ou assimilé, coupable de désertion à l’intérieur en temps de paix. Il « est puni de six mois à trois ans d’emprisonnement », selon le Cjm.

« La peine ne peut être inférieure à un an d’emprisonnement si la désertion en temps de paix à l’intérieur a été commise dans les circonstances suivantes, s’il a abandonné son poste pour déserter », renseigne le Code, qui stipule que « dans tous les cas, si le coupable est Officier, la destitution peut être prononcée ».

Vérifier aussi

Ndella Madior Diouf

Urgent ! Affaire Ndella Madior: Du nouveau dans l’affaire de la Pouponnière

L’affaire de la pouponnière de Ndella Madior Diouf qui avait secoué la toile connait une …