Développement du Transport Terrestre: 1200 milliards pour le renouvellement du parc automobile 
Développement du Transport Terrestre: 1200 milliards pour le renouvellement du parc automobile 

Développement du Transport Terrestre: 1200 milliards pour le renouvellement du parc automobile 

L’Etat ne badine plus et passe concrètement à la tolérance zéro dans le cadre du transport terrestre. L’accident tragique survenu sur la route de Kaffrine à hauteur de Sikilo reste une pilule amère. Le renouvellement du parc automobile est imminent.  D’ailleurs, l’Etat a annoncé la mise en place des centres de contrôle dans les régions.

Le développement du transport terrestre intéresse bien les autorités étatiques. Le drame survenu sur la route de Kaffrine est un élément déclencheur pour ces dernières qui ont adopté des comportements radicaux en vue de moderniser le secteur.  Pour le renouvellement du parc automobile, l’Etat va casquer 1200 milliards.

Publicités

Au Sénégal, le parc automobile est composé de véhicules de transports publics et de véhicules privés. Le marché est segmenté en véhicules de transport de marchandises et de véhicules de transport de personnes. Mais la vétusté des véhicules est au centre des débats. A en croire Modou Kane Diaw, Secrétaire Général du Fonds de développement des transports terrestres, il y a près de 90 mille véhicules qui ont plus de 25 ans et parmi ceux-là, il y en a 45 mille qui ont plus de 35 ans. Quand un parc est vétuste, cela veut dire que les véhicules sont aussi obsolètes. « On ne peut plus parler de sécurité en ce sens.

La grande question est de savoir le pourquoi de cette vétusté », fait-il savoir. Pour Modou Kane Diaw, existe l’absence de formalisation des exploitants qui  sont dans l’informel et ont du mal à lever des fonds dans les banques. L’État a décidé de les accompagner. « Naturellement en 2005, il y avait  un projet  important pour renouveler les minibus de Dakar. Ça été une réussite et les transporteurs ont commencé à rembourser bien qu’ils soient capacités et aujourd’hui peuvent lever des fonds dans les banques. C’est pourquoi l’Etat a mis en place un fonds de développement des transports terrestres », indique notre interlocuteur. A ce titre, il  s’agit de les accompagner comme fonds de garantie au sein des institutions financières et aujourd’hui, une tournée nationale est menée pour sensibiliser les opérateurs qui, selon lui, sont prêts de voir naître leur projet.

Visite technique : Les transports en commun prioritaires

Le directeur général de l’Agence de la sécurité routière (ANASER) a apporté des précisions. Selon Cheikh Omar Gaye, il y a toute une organisation prévue pour éviter des complications, car seuls les véhicules de transport en commun seront reçus dans ce centre durant trois mois dans le cadre de la visite technique. Selon Cheikh Omar Gaye de l’ANASER, la visite technique sera suspendue  pour les particuliers pendant une durée de trois mois, parce qu’ils veulent maximiser la visite technique du parc automobile de transport public. « En parallèle, le plan d’action que nous allons mettre en place sera axée sur une campagne de sensibilisation et de communication à l’endroit des usagers pour qu’ils comprennent  que la visite technique est un facteur déterminant et comprise comme souhaitée et la bonne compréhension est de capaciter les acteurs et de visiter les véhicules de transport public et de marchandises » explique le DG de l’ANASER.

MOMAR CISSÉ 

Vérifier aussi

Accords de pêche, Exploitation du gisement de gaz au Sahel: Ces questions qui seront abordées entre B. D. Faye et Mohamed Ould Ghazouani

La première visite officielle du président Bassirou Diomaye Faye  à Nouakchott, en Mauritanie revêt une …