Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Égalité et autonomisation des Femmes: La Fondation "Friedrich Naumann" renforce les Femmes Leaders du Réseau National des Femmes Libérales sur les Droits humains et les Droits de la Femme
Égalité et autonomisation des Femmes: La Fondation "Friedrich Naumann" renforce les Femmes Leaders du Réseau National des Femmes Libérales sur les Droits humains et les Droits de la Femme

Droits humains et droits des femmes: La lutte contre toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes , un défi du Réseau National des Femmes Libérales(RENAFEL) . 

L’égalité entre les hommes et les femmes et l’élimination de toutes les formes de discrimination contre la femme sont des objectifs fondamentaux pour les organisations qui luttent pour le droit des femmes. Parmi ces instances figure le Réseau National des Femmes Libérales qui s’est réuni ces derniers jours pour échanger sur ces sujets afin de trouver des solutions concernant ce combat de l’ONU mais aussi  pour Réseau National des Femmes Libérales (RENAFEL).

Partout dans le monde, des femmes continuent d’être victimes d’atteinte à leurs droits fondamentaux, et pour parvenir à l’égalité hommes-femmes. Ainsi, est-il important qu’il y ait une compréhension exhaustive des différentes formes de discrimination pour éliminer ces violences liées au genre. Un combat compris par le RENAFEL qui est une association crée en 2017 à la suite de sessions de formation en Leadership Transformationnel et Développement Personnel avec l’appui de la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté. Constitué de femmes leaders provenant des partis politiques d’obédience libérale de la majorité présidentielle, de l’opposition (APR, PDS, REWMI, LDR-YESSAL, UMP, PLS, PEM, RES, PRP) et de femmes leaders aux profils variés ayant une sensibilité libérale. Toutes ces femmes leaders ont compris que la doctrine libérale place l’individu au cœur de ses préoccupations, accorde une place importante à l’État de droits et à la liberté sous toutes ses formes (liberté d’initiative, d’entreprendre etc), ce qui peut les emmener à s’épanouir et à participer pleinement au développement économique et sociale de notre pays. D’après l’ONU, « l’égalité de genre et l’autonomisation des femmes et des filles n’est pas seulement un but en soi, mais aussi un élément essentiel au développement durable, à la croissance économique et à la paix et la sécurité ».

Selon  NDEYE LISSA DIOP, Présidente Réseau National des Femmes Libérales (RENAFEL), la recherche l’a confirmé car les sociétés s’améliorent au bénéfice de tous leurs membres lorsque les droits des femmes sont respectés et pris au sérieux. La faible représentation des femmes dans les instances électives et semi électives et dans celles de prise de décisions majeures restent une des problématiques auxquelles les politiques sont confrontées et tentent de résoudre. Cette situation met en lumière les obstacles auxquels les femmes font face dans le champ politique pour occuper des places leur permettant de participer de manière effective dans le processus démocratique du Sénégal. Pour arriver au bout de ces obstacles, un programme de renforcement de capacités est mis en place par l’association Femmes leaders, membres du Réseau National des Femmes Libérales (RENAFEL) et autres organisations libérales affiliées aux partis et réseaux politiques au Sénégal et, qui s’inscrit dans la perspective de les outiller pour qu’elles jouent pleinement leur rôle dit-elle.  Selon elle, cet atelier de formation sur les « Droits humains et droits de la Femme » est d’une importance capitale car partout dans le monde, les femmes subissent discriminations et violences. Dans de nombreux états, les discriminations sont inscrites tant dans le droit pénal que dans le droit civil relatif au mariage, à l’héritage ou encore à la propriété. Même dans les pays où les femmes ont pu obtenir une égalité en droit, celle-ci est souvent illusoire dans la pratique.

A l’occasion, Daouda Seck, Directeur Adjoint de la Fondation Friedrich Naumann (FNF), a indiqué que l’intervention de la FNF s’articule autour d’actions en faveur de l’Etat de droit et des droits de l’homme, du renforcement de la culture démocratique et des structures d’économie de marché. La FNF est profondément attachée aux valeurs du libéralisme qui guident son action de tous les jours. Par ailleurs, les femmes et les jeunes constituent des cibles privilégiées et c’est ce qui explique son engagement auprès de RENAFEL, dont elle est le partenaire stratégique et financier.  Il s’agissait, à travers cette formation en Droits humains et droits de la femme de capaciter les femmes leaders, afin qu’elles puissent mieux participer à l’animation politique et accéder au processus décisionnel fait-il savoir.

Dans les instances publiques de décision, les femmes demeurent largement sous-représentées.

Les violences à leur égard prospèrent souvent en raison de l’absence de lois adéquates, des obstacles à l’accès des victimes et des survivantes à la justice ou de l’inaction des pouvoirs publics et de l’absence de punition des auteurs de violences créent une culture d’impunité qui favorise ces crimes. Cependant, les femmes ne sont pas seulement victimes et partout, elles sont les principales actrices de leur propre émancipation. D’où l’importance de cet atelier.  L’objectif final de la médiation était de parvenir à des accords et d’amener les belligérants autour d’une table de négociation afin de clore le différend. L’accord de médiation, le plus souvent est écrit et entérine ce qui a été convenu entre les parties. C’est tout un processus et il faut maîtriser certains outils propres à la médiation, les principes de médiation indispensables pour réussir à amener les deux parties à s’asseoir pour discuter.

Marie SOW N’DIAYE, responsable au Parti Démocratique Sénégalais PDS, membre fondatrice du Renafel et ancienne parlementaire, de rappeler que le Réseau regroupe des sœurs du Mali entre autres pays africains et les organisations affiliées aux partis politiques et réseaux politiques au senegal. Et durant ces 72 h de capacitation sur les droits humains et les droits de la femme comme thème principal, des travaux de groupes étaient au rendez vous. D’où le rôle important de la femme dans la recherche de la paix en tant couche vulnérable et toujours la plus impactée par ce fléau.

Avant de conclure qu’elles ont travaillé sur les ingérences, l’annexion des terres des voisins, le désir d’imposer le leadership, les conflits ethnico-religieux, les fermetures des frontières, les rapts et viols de jeunes filles et les trafics (drogue, bois et d’armes). Sur ce, elle déclare que l’apport de la femme dans la recherche de la paix a été mis en exergue et d’ailleurs comme dans toutes les guerres qui se sont terminées autour d’une table, chaque population a lâché du lest pour se retrouver autour de la Paix dans l’intérêt de chacun. Et tant que rapporteuse, j’ai trouvé ce jeu de rôles extrêmement enrichissant dans la mesure où nous vivons dans une union menacée où la femme aura toujours son mot à dire pour la préservation des acquis fondamentaux des droits de la femme a t-elle conclu.

Et Mme Barry, Ndèye Elisabeth Lindor Diop, Femme Leader, Présidente d’association de Femmes, Conseillère municipale et membre de Renafel confie, dans le cadre d’exercices de simulation et de mise en pratique, avoir aidé les parties en conflit à rétablir d’abord la communication entre-elles. De plus, elle nous dit les avoir accompagnées dans la recherche de solutions sincères, durables, écrites et paraphées. Ces femmes leaders ont compris que la doctrine libérale place l’individu au cœur de ses préoccupations, accorde une place importante à l’État de droits et à la liberté sous toutes ses formes (liberté d’initiative, d’entreprendre etc), ce qui peut les emmener à s’épanouir et à participer pleinement au développement économique et sociale de notre pays.

Cette rencontre qui s’est tenue du 26 au 28 juin dans les locaux de la FNF est inscrite dans le Plan Stratégique (2023-2026) de RENAFEL, pour mieux outiller les femmes leaders libérales afin de leur permettre de prendre en charge leur positionnement dans leurs Partis, d’accéder aux instances de prise de décisions et de prendre position sur le débat public sur les questions d’intérêt national en tant que citoyenne à part entière.


Au terme de cette formation, le RENAFEL envisage une rencontre avec d’autres associations qui travaillent sur les Droits humains particulièrement sur les Violences Basées sur le Genre (VBG), les négociations en cas de conflits, la sensibilisation et la vulgarisation de la loi sur la Parité afin de trouver des plages de convergence mais également elles comptent mettre en place un Mentoring pour des femmes et filles en situation difficile et ou de vulnérabilité pour leur permettre de s’autonomiser.

Vérifier aussi

Camp pénal

Camp pénal: Une partie des grévistes de faim suspend sa diète 

Au Camp pénal sis à Liberté 6, les détenus avaient débuté une grève de la …