Evaluation de la Stratégie Nationale pour l’Equité et l’Egalité de genre: Le ministre de la Femme relève des avancées significatives

Le Ministère en charge de la Femme, à travers la Direction de l’Equité et de l’Egalité de Genre, a procédé à l’évaluation à mi-parcours sur la base d’une démarche participative et inclusive à tous les niveaux de prise de décision et d’intervention des parties prenantes. C’était lors d’un atelier national de partage et de validation des documents de l’évaluation à mi-parcours de la SNEEG 2. 

Depuis l’adoption de la déclaration et le programme d’action de Beijing en 1995, les Etats membres des Nations Unies ont déployé d’énormes efforts pour parvenir à l’égalité entre les hommes et les femmes à travers les cadres internationaux, régionaux et nationaux. C’est dans ce cadre que le Sénégal a très tôt compris que la promotion et la protection des droits humains et plus particulièrement ceux des femmes constituent un préalable à son développement inclusif et durable. A cet effet, l’Etat n’a cessé de renforcer ses efforts de réalisation des engagements auxquels il a souscrit à travers des  instruments juridiques sur les droits humains plus particulièrement ceux protecteurs des femmes et des filles.

Publicités

Selon Dr Fatou Diané Gueye, ministre en  charge de la Femme, à travers la Direction de l’Equité et de l’Egalité de Genre, ces différentes étapes ont permis d’analyser les performances acquises à mi-parcours dans tous les domaines et à tous les niveaux mais aussi et surtout, à dresser les écarts, les défis et contraintes avant de fixer de nouvelles projections. Elle a, à ce titre, cité des progrès phares enregistrés, qui sont le fruit d’un effort multisectoriel et pluri-acteurs remarquables et encourageants  et qui sont à consolider. 

‘’L’institutionnalisation du document budgétaire genre et de la revue thématique genre en 2016, la création de la Délégation à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes en 2018 visant l’assouplissement de leurs conditions d’accès aux financements, l’intégration d’une composante genre dans la Stratégie nationale de développement de la statistique depuis 2019 ; l’adoption des mesures protectrices et de promotion des femmes et des enfants telles l’amélioration de la situation des femmes dans le secteur agricole à travers la circulaire leur fixant un quota de 15 à 40% sur les intrants (…)’’, a-t-elle cité. 

Pour ce qui est de la feuille de route établie à la lumière des défis relevés et des recommandations formulées par les acteurs des niveaux centraux et décentralisés, Dr Fatou Diané Gueye a invité toutes les parties prenantes à accorder d’ici l’horizon temporel, une attention toute particulière aux aspects suivants : l’activation des organes de gouvernance de la SNEEG et son dispositif de suivi-évaluation, l’engagement des partenaires pour la mobilisation de ressources additionnelles conséquentes, le déploiement de la Stratégie de communication de la SNEEG aux niveaux central et territorial, l’achèvement des processus d’institutionnalisation du genre au niveau sectoriel et dans les institutions et la poursuite de la formation et du plaidoyer en faveur du genre pour mieux outiller les acteurs et élargir le cercle des engagements des décideurs au niveau des secteurs public et privé, des communautés et de toutes les sensibilités influentes. 

En ce qui concerne les contraintes susmentionnées et des nouveaux enjeux déclinés dans l’actuel Programme d’Action Prioritaire (PAP 3), il s’avère, selon la ministre « plus que jamais important de prôner des interventions synergiques à fort impact en vue de minimaliser les risques de ralentissement des progrès et d’accroître nos chances d’atteindre nos objectifs de développement dans une perspective égalitaire et inclusive. » C’est dans ce sens qu’elle a invité toutes les parties prenantes tels que les ministères sectoriels, institutions, secteur privé, partenaires techniques et financiers, universités, organisations de la société civile, réseaux des jeunes à s’inscrire davantage dans la voie de la consolidation des acquis et de maintenir le rythme optimal des initiatives et actions en faveur de la réalisation de l’Agenda de l’égalité homme-femme. « Je reste optimiste quant à l’atteinte de cette ambition car sachant compter sur votre engagement à joindre vos efforts à ceux du Gouvernement en toute circonstance pour faire rayonner durablement cette politique publique dans l’intérêt supérieur des générations présentes et futures’’, a conclu Dr Fatou Diané Gueye.

MADA NDIAYE 

Vérifier aussi

Production de sel à Sédhiou: Les pénibles conditions de travail des femmes

Dans la région de Sédhiou, de nombreuses femmes s’engagent dans la transformation du sel pour …