Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

Grippe Aviaire ou Newcastle: Incertitude sur le repas de la korité

Des familles continuent de s’inquiéter d’une possible pénurie de poulet pour la fête de la korité à cause de la grippe aviaire qui semait la confusion dans la tête des consommateurs et des aviculteurs.  D’ailleurs le ministère de l’élevage a tenu apporter des précisions.

Cette année nombreuse seront les ménages qui ne vont pas goutter à la viande de volaille. Et pour cause, les risques de grippes aviaires qui défrayent la chronique. Dans la commune de Cayar les éleveurs sont dument touchés. A Mbawane toujours dans la même localité ce sont près de 3000 qui sont perdus par leurs propriétaires. Les éleveurs se disent inquiets. Pape Omar  Dione lui est amer. Des centaines de poulets gisant sur le bord de son poulailler. Il avait introduits près de 5000 poussins dans la volaille t plus de 3000  arrivés à maturité sont perdus. Pour Thiéka Ndiaye le gérant « des activités de désinfections ont été entamées et enlever les autres  poulets morts.

Publicités

Et puis des examens  seront effectués », dit-il.  Un investissement à perte car celui-ci ne pourra pas fournir  les populations  de Cayar en poulet. « Nous avions l’habitude de les fournir en poulets et partout aussi.  Des jeunes sont là mais il faut que les autorités  nous appuient dont le ministre de l’élevage », prie ce dernier. S’agit-il de la grippe aviaire ou Newcastle, cette maladie fait des ravages dans cette zone où l’on nous signale que des centaines de milliers de de poulets  ont trouvé la mort. Des producteurs qui risquent de jeter l’éponge à quelques jours de la korité.

Les précisions du ministère de l’Elevage

Dans un communiqué daté du 16 avril, les services du Ministère de l’élevage  disent avoir confirmé, le 08 mars 2023, la présence de l’Influenza aviaire de haute pathogénicité type A sous-type H5N1 sur des prélèvements effectués sur des oiseaux migrateurs communément appelés sternes royales et sternes Caugek, au Lac Rose et à l’île de Yoff. Le 10 mars 2023, la même maladie a été confirmée sur des prélèvements effectués au niveau de l’îlot de reproduction du Parc national de Langue de Barbarie, chez des sternes royales, caspiennes et Caugek, des mouettes à têtes grise et des grands cormorans.

La notification de l’Influenza aviaire type A sous-type H5N1 à l’Organisation mondiale de la Santé animale (OMSA) a été effective. L’apparition de la maladie coïncide avec la grande migration transatlantique des oiseaux d’eau, dont certains séjournent dans les zones humides du Nord du pays de novembre à mars.  Selon la note, pour assurer le contrôle rapide des foyers afin d’éviter la propagation du virus, une mission conjointe multisectorielle et de gestion des foyers s’est rendue dans les différents sites pour investiguer la situation épidémiologique et appliquer sans délai les mesures conservatoires pour la gestion des cadavres afin d’éviter la propagation du virus. Il en est ressorti cependant le 21 mars 2023, des mortalités observées dans une ferme avicole sise à Potou dans la Commune de Léona (région de Louga) ont également été confirmées comme un foyer d’Influenza aviaire type A sous-type H5N1. « Un dispositif de riposte afin de circonscrire le foyer a été déployé.

Des alertes de mortalités dans des fermes avicoles ont été rapportées dans les régions de Dakar (Département de Rufisque), Fatick (Département de 2 Foundiougne), Louga (Départements de Louga et Kébémer) et de Thiès (Département de Thiès). Les résultats du laboratoire sont revenus négatifs au regard de l’Influenza aviaire de haute pathogénicité, mais positifs pour la maladie de Newcastle », écrit le communiqué. Des mortalités ont été observées au niveau du Parc national du Delta du Saloum dans la région de Fatick le 24 mars 2023. Une mission d’investigation conjointe composée du Ministère de l’Elevage et des Productions animales et du Ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique, a été conduite et des prélèvements ont été acheminés au LNERV qui a confirmé H5N1, le 3 avril 2023.

« Aucune nouvelle mortalité n’a été rapportée du 07 au 16 avril 2023 »

 Pour dissiper les craintes, les services du ministère de l’Elevage ont indiqué qu’au Lac Rose, « à ce jour, 334 mortalités d’oiseaux ont été enregistrées. Aucune nouvelle mortalité n’a été rapportée du 07 au 16 avril 2023. Au niveau de l’île de Yoff, à ce jour, 213 mortalités d’oiseaux ont été enregistrées. Aucune nouvelle mortalité n’a été rapportée du 3 au 16 avril 2023 de même qu’au niveau du Parc national de la Langue de Barbarie et environs, 1713 mortalités d’oiseaux ont été enregistrées. Aucune nouvelle mortalité n’a été rapportée du 07 au 16 avril 2023. Tous les cadavres ont été enfouis dans le respect strict des mesures de biosécurité et biosurêté.

Au niveau de la ferme avicole localisée à Potou dans la Commune de Léona, sur un effectif de 11 400 volailles, 500 mortalités ont été enregistrées, soit un taux de mortalité de 4,38%. Le reste des volailles, soit 10 900 sujets avait fait l’objet d’abattage sanitaire pour éviter la propagation de la maladie. Aussi, 400 plateaux d’œufs de consommation, 15 sacs d’aliments de volaille et 1250 alvéoles avaient été détruits dans le respect des dispositions du décret n°2002-1094 du 4 novembre 2002 relatif à la police sanitaire des animaux. »

En outre, les résultats des analyses effectuées sur le personnel de la ferme à l’Institut Pasteur de Dakar étaient négatifs.  Le ministère note qu’à ce jour, « la maladie est circonscrite au niveau de la ferme avicole située loin des habitations. Depuis lors, aucun autre foyer n’a été encore signalé. » Au niveau du Parc national du Delta du Saloum, à ce jour, 944 mortalités d’oiseaux ont été enregistrées dont 611 nouvelles mortalités durant la période du 12 au 16 avril 2023. Les cadavres ont été enfouis dans le respect strict des mesures de biosécurité et biosurêté. La tutelle envisage « la poursuite des enquêtes épidémiologiques pour déterminer la source de l’infection, l’accompagnement du propriétaire de la ferme avicole localisée à Potou et impactée par la maladie pour le repeuplement  et de la veille sanitaire à l’échelle nationale. »

MOMAR CISSE

Vérifier aussi

Tivaouane: La population qualifie l’hôpital Dabakh de « mouroir »

Deux ans après la tragédie de l’hôpital Mame Abdou Dabakh avec ce violent incendie dans …