Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

Halte à l’autoglorification

Un mois après le début de la nouvelle année, de bilans lumineux continuent à se faire tonitruanment et souvent dans un folklore délirant, et presque dans tous les secteurs de notre vie nationale.

Publicités

 Comme quoi personne n’a échoué. On égrène des chiffres, des statistiques, qui font véritablement glorioles.

Dans les entreprises, les services de l’Education, les différents membres, démembrements de l’Etat, tout le monde, il est beau ; tout le monde est performant ; tout le monde a réussi,

Bon Dieu ! Dans quel pays est-on ? Qui a donc échoué ? Personne !

Mais alors, si tout le monde a réussi, si partout des performances exceptionnelles ont été réalisées, si tout le monde a été à la hauteur de sa tâche, pourquoi, pourquoi notre paysannat qui devait être la locomotive de notre économique, dort du profond sommeil du juste, et utilise encore des instruments archaïques comme ceux du néolithique.

Pourquoi des écoles ressemblent encore à des huttes et cavernes de la préhistoire, manquant d’eau et d’électricité.

Pourquoi beaucoup de nos routes donnent l’image de pistes empruntées par des chars de combat au sortir d’une guerre.

Pourquoi nos moyens de transports même dans les grandes villes, Dakar en est une brillante illustration.

Pourquoi ces moyens de transports rappellent les caravanes américaines, migrant vers le far West.

 Pourquoi beaucoup de Sénégalais ne font plus confiance à leur justice, à leurs hôpitaux, préférant se tourner résolument vers la médecine traditionnelle.

 Pourquoi au plan footballistique, à ce jour, aucune coupe continentale n’ait venu garnir nos souvenirs.

 Et surtout pourquoi dans nos mosquées, dans nos lieux de cultes, les mendiants sont aussi nombreux que les fidèles.

 Le-voyons, le Sénégalais n’aime pas échouer, ou plutôt il ne veut pas assumer son échec.

Il ne veut pas qu’on le lui dise. Or, il faut bien le dire, l’échec n’est pas l’incompétence, pas du tout.

Nul ne doit avoir peur d’échouer. L’échec, bien au contraire, est le meilleur ferment des victoires futures pour celui qui sait réfléchir et analyser consciencieusement.

La force d’un homme, d’une autorité surtout, quelle que soit, est d’accepter de tirer les leçons même négatives de son action en vue d’une marche croissante.

Alors, arrêtons cette culture d’autoglorification insipide. Acceptons d’assumer nos rêves de grandeurs mais surtout, surtout, assumons nos échecs aussi lamentables soient-ils.

Il y a là une marque de grandeur qu’on gagne. Et ce n’est rien !

Pape Amadou Fall

Vérifier aussi

Go: Mélenchon ? Ce n’était qu’un simple hôte, voyons !

Comme on dit : la langue est le premier organe « traître » de l’homme. Et à …