Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

Infertilité : Le calvaire des femmes toujours indexées

Dans les couples, le problème d’infertilité est mal vécu chez les femmes. Elles sont souvent pointées du doigt. Accusées souvent d’être responsables en cas d’absence de maternité, les femmes vivent très mal cette situation allant même jusqu’à se déprimer.   

Publicités

L’attente du premier enfant est une situation difficile à vivre chez certaines femmes mariées. Elles sont souvent pointées du doigt. C’est le cas de M N, mariée depuis deux ans, elle attend avec impatience le premier bébé. « Mon mari commence  à perdre espoir. Même s’il ne me le dit pas, il me lance parfois des piques. Il veut vraiment avoir un enfant», se désole-t-elle. Et de poursuivre : « Il ignore que c’est moi qui suis plus impatient d’avoir un enfant pour ne plus supporter ce fardeau».

« Mariée depuis trois ans, mon mari ne me soutient pas»

Une histoire similaire à celle vécue par A D. Cette jeune dame, mariée il y’a trois ans attend désespérément le premier enfant. « J’ai fait toute sorte de traitements mais jusque-là, je n’ai aucun résultat positif. Je sais que le problème vient de moi car mon mari a eu un enfant âgé juste de deux mois », dit-elle. La situation s’est empirée car elle vit actuellement avec la première épouse de son mari et celui-ci ne le soutient plus dans cette situation. « Je souffre énormément car ma coépouse me mène la vie dure en me rappelant que je ne peux pas enfanter. Elle me lance des piques en appelant ses enfants, « héritiers de la famille » pour me faire mal », lance-t-elle avec amertume.

« J’attends le premier enfant depuis 11 ans »

La situation vécue par ses deux dames n’est pas semblable à celle vécue par pareille chez S C. Seulement,  cette dame a bouclé ses 11 années de mariage sans enfant et le problème vient de son mari. « Mon époux est stérile, c’est un homme gentil et aimable. Seulement, nous vivons seuls et l’absence d’un enfant est fortement ressentie chez nous. J’adore les enfants et j’aime bien les chérir », dit-elle.

NGOYA NDIAYE

Vérifier aussi

Tivaouane: La population qualifie l’hôpital Dabakh de « mouroir »

Deux ans après la tragédie de l’hôpital Mame Abdou Dabakh avec ce violent incendie dans …