Israël: Comment des assistantes sexuelles aident les soldats israéliens blessés

Dans de nombreux pays, la sexothérapie de substitution – qui consiste à engager une personne pour jouer le rôle de partenaire sexuel d’un patient – est controversée et peu pratiquée. En Israël, cependant, elle est disponible aux frais du gouvernement pour les soldats qui ont été gravement blessés et ont besoin d’une rééducation sexuelle.

Publicités

La salle de consultation de Tel Aviv de la sexologue israélienne Ronit Aloni ressemble à ce que l’on peut attendre. Il y a un petit canapé confortable pour ses clients et des diagrammes biologiques des organes génitaux masculins et féminins, qu’elle utilise pour ses explications. Mais ce qui se passe dans la pièce voisine, équipée d’un canapé-lit et de bougies, est plus surprenant.

C’est là que des partenaires de substitution rémunérés aident à enseigner à certains des clients d’Aloni comment avoir des relations intimes et, finalement, comment avoir des rapports sexuels. « La thérapie sexuelle est, à bien des égards, une thérapie de couple et si quelqu’un n’a pas de partenaire, le processus ne peut pas être mené à son terme », poursuit-elle. « Le substitut – elle ou il – est là pour modéliser le rôle du partenaire dans un couple ».

Bien que les critiques assimilent cette pratique à de la prostitution, en Israël, elle est devenue acceptée au point que l’État prend en charge les frais des soldats dont les blessures affectent leur capacité à avoir des relations sexuelles. Un flux constant de personnes d’âges et de milieux différents rend visite à Aloni dans sa clinique discrète.

Nombre d’entre elles ont du mal à avoir une relation amoureuse en raison de problèmes d’intimité ou d’anxiété, ou ont été victimes d’abus sexuels. D’autres souffrent de problèmes de santé physique et mentale.

Vérifier aussi

Israël: Le chef du renseignement militaire israélien annonce sa démission

Le général Aharon Haliva a reconnu sa responsabilité dans l’échec du renseignement qui a conduit …