«JAAM»: Ramatulaay offre une nouvelle ode à la paix

Chanteuse de talent, Ramatulaay fait partie de ces artistes qui ont choisi au Sénégal, d’évoluer sur un registre hybride, avec des influences traditionnelles et contemporaines. Propulsée par son single « Wagnil » paru en 2018, celle qui a brillé avec le groupe RAFA a su accroître son audience au cours des 3 dernières années, grâce à des productions de qualité. Avec sa dose d’humanisme et d’amour, « Jaam », est un extrait d’un opus éponyme, plus précisément un EP de 6 titres que Ramatulaay a annoncé à ses fans le 15 mars dernier, sur sa page Facebook officielle, offrant avec un ensemble de reprises une nouvelle ode à la paix au Sénégal et dans le monde. Le nouveau clip de la chanteuse sénégalaise Ramatulaay, a interpellé plusieurs centaines d’internautes sur YouTube. En effet, sa proposition « Jaam » revêt une musique de fusion qui se rapproche du blues, avec les sons transperçants de la kora et de la guitare folk, sublimés par un jeu soft de la batterie qui donne de la profondeur à la création. Pour la réalisation du morceau, Ramatulaay s’est entourée au studio de Deedo, d’instrumentistes chevronnés dont Janvier Mayitoukou (batteur d’Ismaël Lô), Giphy Kangu (un des bassistes de Viviane Chidid), Papis Konaté (clavier) et Bocar Cissokho (kora).

PRESENTEZ-VOUS A NOS LECTEURS ?

Je m’appelle Ramatulaay, je suis une chanteuse Saint-Louisiane.  Et je suis dans le monde de la musique depuis sept ans.

RACONTEZ-NOUS VOS DEBUTS AVEC LA MUSIQUE ?

Pour ce qui est de mes débuts,  j’ai commencé par faire des chœurs avec beaucoup d’artistes et au fil du temps nous avons créé un groupe avec une autre chanteuse pendant 4 ans (Rafa). Et à partir de là, nous avons enregistré un album intitulé  « Gèntt naa. » (Ndlr : j’ai rêvé)  Puis en 2019 j’ai décidé de faire ma carrière en solo, et je me suis fait accompagner par de grands musiciens de la scène dakaroise.

 PARLEZ-NOUS DE VOTRE DEMARCHE ARTISTIQUE, DE VOTRE INSPIRATION. QUELLES SONT VOS INFLUENCES MUSICALES ?

S’agissant de mes influences musicales, elles sont très variées. Ça va du rock (Queen, pat benatar..) aux musiques actuelles africaines (Viviane, Simi, Yemi Alade), aux grands classiques sénégalais tel que Cheikh Lô, Souleymane Faye, El Hadj Diouf entre autres. Avec mes musiciens, nous nous retrouvons très souvent, afin de créer ensemble quelque chose de très original. Il s’agit là de discussion, de proposition, ils ont vraiment cerné mon univers et c’est un plaisir d’évoluer à leur coté !

PARLEZ-NOUS DE VOTRE NOUVEL ALBUM : «JAMM».  QUELS SONT LES THEMES ABORDES DANS CET EP ?

Accompagnée de mon équipe de musiciens d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale, nous abordons des thèmes qui me sont chers et qui me semblent importants, dans un style Afro Fusion aux sonorités africaines (percussions, kora,…), d’inspirations diverses allant de la world music au Mbalax en passant par l’Afro-rock. Et donc, les thèmes abordés dans cet EP sont la famille, l’amour, le bonheur des miens et des autres…

 VOUS AVEZ ETE AUX COTÉS DE GRANDS ARTISTES TELS QUE YOUSSOU NDOUR, ISMAEL LO, WALLY SECK ETC.  EST-CE QUE CELA VOUS A SERVI  A QUELQUE CHOSE NOATTAMENT EN TERMES D’EXPERIENCES ?

  C’est vrai. J’ai partagé la scène avec ces artistes lors d’un ou de plusieurs concerts organisés par Fata, où j’étais choriste. Par la suite, j’ai reçu des encouragements sinon  je n’ai pas trop échangé avec eux. Mais ce fut tout de même un plaisir d’avoir partagé la scène avec ces grands noms quand même.

QUEL EST LE MESSAGE QUE VOUS LANCEZ  AUX JEUNES ARTISTES ?

Mon message pour les jeunes artistes est de foncer… Être déterminé et surtout travailler tout le temps et ne jamais baissé les bras et  inchallah (Par la grâce divine) ça viendra. Comme dit l’adage : « Tout arrive à point à qui sait attendre ! »

ALORS PAR RAPPORT A LA COVID 19, COMMENT L’AVEZ-VOUS VECU ?

(Rires) Comme tout le monde, je pense…Je l’ai mal vécu. Car on a dû annuler beaucoup de concerts… Je me suis retrouver sans boulot, mais ça m’a quand même permis de bien bosser avec mes musiciens. De même, cela m’a aussi permis d’apprendre la guitare par exemple, de même d’enregistrer mon EP. Et là, comme nous avons une tendance baissière,  donc continuons à prier.

AVEC LA LEVEE DE L’ETAT DE CATASTROPHE SANITAIRE, PENSEZ-VOUS QUE LES CONCERTS VONT REPRENDRE ?

 Il y aura beaucoup de concerts à venir inchallah (Par la grâce divine).  Alors sachez que je vous tiendrais informé sur ma page Facebook Ramatulaay.

RACONTEZ NOUS VOS MEILLEURS ANECTODES ?

Mes meilleurs anecdotes ? (éclats de rires) C’est lors d’un concert au  Canada où j’ai eu la chance de présenter ma musique à un autre public et un concert à Ross Bethio où j’ai joué devant des milliers de personnes grâce au défunt maire Becaye Diop qui était un grand fan ( que son âme repose en paix).

Anna THIAW

Check Also

Ce que vous ne saviez pas sur Ballago

Deja 6 jours qu’il est parti. Parti, pour ne jamais retourner. Petites choses que vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rewmi

GRATUIT
VOIR