Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Hôpital "ROI BAUDOUIN" de Guédiawaye
Hôpital "ROI BAUDOUIN" de Guédiawaye

Le tailleur commet une série de vols dans les hôpitaux pour…

Moussa N. est au bout du rouleau. Pour soigner son enfant, le tailleur se rendait dans les hopitaux pour dépouiller les patients de leurs biens. C’est ce qui lui a valu dêtre condamné à trois mois de prison ferme par le tribunal des flagrants délits de Dakar ce jeudi 7 décembre. 
Moussa N. procédait toujours de la même façon. Il se présentait dans les hôpitaux pour délester les patients de leurs biens. Il proposait à ses victimes de leur effectuer certaines démarches. C’est sur ces entrefaites qu’il commettait ses larcins. Sa dernière victime Jean Bernard a été dépouillé d’un téléphone portable. Ce jour-là, Jean Bernard était très mal en point. Le délinquant lui a proposé son aide quand il a entendu la caissière l’appeler par son nom. Ne se doutant de rien, Jean Bernard a remis 10.000 francs à Moussa N. pour l’accomplissement des formalités d’usage. Après cette étape, le malfaiteur a fait des allers-retours dans l’hôpital comme s’il travaillait là-bas. Au bout de quelques minutes, il est revenu vers Jean Bernard pour lui dire qu’il venait de la part de sa tante. Il lui a fait croire que celle-ci voulait passer un coup de fil. Jean Bernard a ainsi remis son téléphone portable au voleur qui en a profité pour faire la malle. Des faits qui se sont déroulés au mois d’octobre. Jean Bernard a été informé de l’arrestation de son bourreau ce mois-ci. Face au juge du tribunal des flagrants délits de Dakar ce jeudi 7 décembre, le prévenu, tailleur de son état, a plaidé la cause de son fils. A l’en croire, il se trouvait à l’hôpital, car son fils y est interné. N’ayant pas suffisamment de moyens, il est parti avec le téléphone de la partie civile qu’il a vendu. « J’avais l’intention de lui rembourser son argent. J’étais perdu, car je n’avais pas d’argent pour assurer les frais médicaux de mon fils malade. Jusqu’à présent, il est sur son lit d’hôpital », s’est-il justifié. Selon le substitut du procureur, le comparant est un habitué des faits. Tous les jours, il fait le tour des hôpitaux à la recherche de potentielles victimes. Pour la répression, le représentant du Ministère public a sollicité six mois d’emprisonnement ferme. À l’issue des débats, le président de la séance a infligé une peine ferme de trois mois au prévenu qui a comparu sans avocat. Sur les intérêts civils, Moussa N. doit allouer 70.000 francs à Jean Bernard.

Vérifier aussi

UNIVERSITE-UAD : Les enseignants arborent des brassards rouges pour dénoncer leurs conditions de travail

Les enseignants de l’université Alioune Diop (UAD) de Bambey (centre) ont décidé d’arborer des brassards …