Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
telechargement 4 13

Monde des jeunes médecins : Exploités par des structures de santé, les nouveaux diplômés peinent pour un emploi stable après de longues études

Diplôme en main, les jeunes médecins sénégalais doivent mener au point qu’on pense que c’est un long combat pour décrocher un poste. Ils sont devenus nombreux à ne pas trouver un emploi stable après de longues études. Le taux de chômage élevé des médecins pendant les premières années qui suivent l’obtention du diplôme constitue une illustration parfaite de leur difficile insertion professionnelle.

Depuis un an après sa soutenance de thèse de doctorat d’Etat, Dr El Hadj Babacar Ndoye, brillant diplômé en médecine, se bat pour trouver une place dans le système de santé sénégalais. Malgré ses qualifications et son désir ardent de servir sa communauté, il se retrouve confronté à un obstacle majeur: le manque d’opportunités d’emploi dans la fonction publique.

Publicités

Le manque de gants est permanent dans les structures. Les horaires de travail sont longs, harassants et mal rémunérés. En effet, avec des salaires qui ne sont pas à la hauteur de l’énergie fournie, les médecins sont souvent confrontés à des licenciements abusifs, car ils travaillent souvent sans contrat qui les lie à la structure confie un médecin.

La situation que ce médecin n’est malheureusement pas un cas isolé. De nombreux jeunes médecins sénégalais, fraîchement diplômés, se retrouvent dans la même situation précaire, confrontés à un système de santé qui peine à absorber le flux de nouveaux professionnels de la santé.

Le Sénégal très loin des recommandations de l’Oms

C’est une situation qui perdure au point qu’on pense que c’est normal. Ces médecins déclarent qu’ils ne sont pas traité à leur juste valeur. Seuls 16% des médecins sont recrutés dans la fonction publique, 10% sont des contractuels du ministère de la Santé et 57% sont recrutés par des comités de santé, c’est-à-dire les Ong, les centres de santé, etc. On les appelle des prestataires avec des salaires de moins de 300.000 FCfa ».

Pourtant, chaque année, l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, l’université Assane Seck de Ziguinchor, l’université Gaston Berger de Saint-Louis, l’université Iba Der Thiam de Thiès et récemment l’université Alioune Diop de Bambey qui a sorti sa première promotion, mettent sur le marché de l’emploi des centaines de docteurs. Sans compter les médecins qui sortent dans quatre écoles privées de médecine de Dakar, à savoir l’université des sciences de la santé, l’université Amadou Hampâté Ba, l’école Saint Christopher et l’université Ipformed.

La généralisation des bourses de spécialisation, une forte demande

Au problème d’accès à un contrat stable, s’ajoute le non-recrutement des jeunes médecins diplômés. « Les jeunes médecins sont victimes du système de santé sénégalais. Ils se tapent tout le boulot pour ne recevoir que des miettes comme salaire, sans compter le licenciement abusif. Ce n’est pas normal.

Source: Le Soleil 

 

Vérifier aussi

81379311 58628275 e1720185143588

Nominations du ministre Ibrahima Sy au Ministère de la Santé: Le SAMES marque son désaccord

Le Bureau exécutif national du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) a fait part …