Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Diplomatie: Les derniers militaires français ont quitté le Centrafrique
Diplomatie: Les derniers militaires français ont quitté le Centrafrique

Niger : Il n’y’a plus de soldats étrangers, les derniers militaires français ont quitté le pays

Les derniers des 1 500 soldats et aviateurs français basés au Niger ont quitté le pays vendredi matin, au terme d’un long bras de fer entre Paris et les autorités militaires de Niamey. Présente dans la région depuis 2013, la France avait déployé jusqu’à 5 500 hommes dans le cadre de l’opération antijihadiste Barkhane, en coopération avec les armées malienne, burkinabè et nigérienne.

Les derniers militaires français déployés au Niger ont quitté le pays, vendredi 22 décembre dans la matinée, a annoncé l’armée nigérienne lors d’une cérémonie à Niamey marquant la fin de leur présence, après dix ans de combat anti-jihadiste français au Sahel. « La date d’aujourd’hui (…) marque la fin du processus de désengagement des forces françaises au Sahel », a déclaré un lieutenant de l’armée nigérienne, Salim Ibrahim.

Publicités

La cérémonie a eu lieu dans la base aérienne de Niamey, abritant une base aérienne projetée (BAP) où stationnait une partie des 1 500 soldats et aviateurs français présents au Niger. Les derniers militaires français ont décollé à bord de deux avions, a constaté un journaliste de l’AFP. Leur destination n’a pas été renseignée.

La cérémonie a été conclue par la « signature » d’un « document conjoint » par le chef d’état-major de l’armée de terre du Niger, le colonel Mamane Sani Kiaou et le commandant des forces françaises au Sahel, le général Éric Ozanne, a affirmé le lieutenant Salim Ibrahim. La BAP a été rétrocédée au Niger.

La signature du texte s’est faite « en présence du Togo et des États-Unis », respectivement « représentés par le chef d’état-major général des armées » et « l’attaché militaire de Défense », a-t-il ajouté.

Dix ans de lutte antijihadiste française au Sahel

Le lieutenant Ibrahim a précisé qu’au cours du processus de désengagement des militaires français, « 145 vols » ont été effectués, « 15 convois terrestres » ont eu lieu et « environ 1 500 militaires ont été désengagés ». « On se félicite du bon déroulement » du désengagement, car « aucun incident majeur n’a été enregistré », a-t-il affirmé.

Le retrait des troupes, commencé début octobre, met fin à dix ans de lutte antijihadiste française au Sahel, où le Niger était l’un des derniers alliés de Paris avant le coup d’État de juillet.

Après un bras de fer de deux mois avec les nouvelles autorités à Niamey qui avaient dénoncé plusieurs accords militaires avec Paris, le président français Emmanuel Macron avait annoncé le 24 septembre que les troupes françaises seraient parties du Niger « d’ici la fin de l’année ».

Au Niger, le gros des effectifs français étaient déployés à Niamey et le reste sur deux postes avancés dans la zone dite des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, considérée comme un repaire de groupes liés à Al-Qaïda et l’État islamique (EI).

Vérifier aussi

Coopération Sécuritaire en Europe: Volodymyr Zelensky attendu en Belgique et au Portugal

Après l’Espagne, le président ukrainien Volodymyr Zelensky poursuit mardi sa tournée européenne. Il est attendu …