Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

Paix et Sécurité: Les violations commises à l’encontre des enfants dans les conflits armés ont connu une augmentation « choquante » en 2023, déplore l’ONU

La violence contre les enfants pris dans les conflits armés a atteint des « niveaux extrêmes » l’année dernière, avec une augmentation « choquante » de 21 % des violations extrêmes, a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un rapport publié jeudi.

Des enfants ont été tués et mutilés en nombre sans précédent dans des endroits tels qu’Israël et les territoires palestiniens occupés, notamment Gaza, le Burkina Faso, la République démocratique du Congo, le Soudan et l’Ukraine, révèle son rapport annuel sur les enfants et les conflits armés.

Publicités

Cette augmentation alarmante est due à l’évolution de la nature, de la complexité et de l’intensification des conflits armés, ainsi qu’entre autres, l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées, les attaques délibérées contre des civils, le mépris total pour le droit humanitaire international, indique le rapport.

Le chef de l’ONU « consterné » 

Les Nations Unies ont vérifié près de 33.000 violations graves touchant plus de 22.500 enfants, principalement des garçons, dans 26 situations à travers le monde.  Les meurtres et les mutilations sont les plus nombreux, avec 11.649 enfants touchés, soit une augmentation de 35 % par rapport au rapport de l’année dernière.  Viennent ensuite le recrutement et l’utilisation de 8.655 enfants et l’enlèvement de 4.356 autres.

Les viols et les violence sexuelles à l’encontre de enfants et les attaques contre les écoles et hôpitaux ont également augmente ou se sont maintenus à des niveaux « exceptionnellement élevés », avec 1.650 attaques vérifiées contre des écoles et hôpitaux  et 1.470 cas de violences sexuelles liées au conflit contre des enfants, la plupart des filles, soit une augmentation de 25%.   Si plus de la moitié des violations ont été commises par des groupes armés non étatiques, y compris ceux désignés comme terroristes par les Nations Unies, tels que l’État islamique dans le Grand Sahara au Burkina Faso ou l’Alliance des forces de résistance congolaises en République démocratique du Congo, les forces gouvernementales ont été les principaux auteurs de meurtres et de blessures, d’attaques contre des écoles et des hôpitaux et de refus d’accès à l’aide humanitaire.

Le conflit en Israël et dans les territoires palestiniens occupés a entraîné une augmentation de 155 % des violations graves commises à l’encontre des enfants, selon le rapport.  Le rapport annuel contient une annexe sur les parties qui commettent des violations graves. Comme cela a déjà été largement rapporté, pour la première fois, les forces armées et de sécurité israéliennes ont été incluses pour avoir tué et blessé des enfants et attaqué des écoles et des hôpitaux.

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont également été ajoutés à la liste pour la première fois pour avoir tué, blessé et enlevé des enfants.  Le rapport note que la guerre au Soudan a entraîné une augmentation « stupéfiante » de 480 % des violations graves.  L’armée soudanaise et ses rivales, les Forces de soutien rapide (FSR), s’affrontent depuis plus d’un an et figurent toutes deux sur la liste noire pour avoir tué et mutilé des enfants et attaqué des écoles et des hôpitaux.

Les Forces de soutien rapide ont également recruté et utilisé des enfants, en plus de commettre des viols et d’autres violences sexuelles à leur encontre.

Le Soudan, la RDC et Haïti soulèvent des inquiétudes particulières

Au-delà des points chauds évoqués plus régulièrement, tels que l’Ukraine, à Gaza, la Cisjordanie, Israël, la Représentante spéciale a signalé trois situations qui sont particulièrement inquiétante pour l’année à suivre.« D’abord et avant tout, le Soudan, en particulier le Darfour et le Tchad » a affirmé Mme Gamba, « parce que le conflit s’étend très rapidement ».

Deuxièmement, la défenseure des enfants s’est dite « très préoccupée » par la situation République démocratique du Congo, notamment lorsque la mission des Nations Unies quittera le pays à la fin du mois de décembre. « Que se passera-t-il ensuite pour les enfants ? Quand je perdrai mes yeux, mes mains sur le terrain ? Je ne sais pas… », a-t-elle lamenté, craignant que le niveau de surveillance soit bien en-dessous de celui qui a existé par le passé.  « Et je crois qu’il y a des violences sexuelles massives en cours en RDC et cela va continuer, voire augmenter ».

Vérifier aussi

telechargement 2 9

Rwanda : Jour de vote pour le double scrutin présidentiel et législatif

C’est jour de vote ce lundi au Rwanda pour des élections présidentielles et les législatives, …