Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
image1170x530cropped 8

RDC : Le chef des droits de l’homme de l’ONU inquiet d’un éventuel retrait précipité de la MONUSCO

A l’issue d’une visite de plusieurs jours en République démocratique du Congo, le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, s’est dit inquiet de la situation dans l’est du pays et de l’impact sur les civils que pourrait avoir un retrait précipité de la Mission des Nations Unies, la MONUSCO.

La MONUSCO est actuellement déployée dans trois provinces de l’est du pays, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et l’Ituri. Dans le cadre du retrait progressif de la mission onusienne de la RDC acté par le Conseil de sécurité en décembre, la MONUSCO a commencé son retrait du Sud-Kivu.

Publicités

Une population épuisée

Lors d’une conférence de presse dans la capitale congolaise Kinshasa, jeudi, M. Türk a souligné que dans les provinces de l’est de la RDC, « vit une population épuisée et profondément traumatisée, écrasée par des décennies de guerre et de conflit ». Il a noté que dans la province du Nord-Kivu, le groupe armé M23 continue de semer la terreur, tuant et enlevant la population locale, et s’attaquant fréquemment aux défenseurs des droits humains, aux journalistes et aux leaders des communautés.

Des enfants sont également recrutés de force dans ses rangs. Depuis octobre, 500.000 personnes ont été déplacées des zones contrôlées par le M23, ce qui porte le nombre total des personnes déplacées à près de 2,7 millions.

Dans la province de l’Ituri, outre les affrontements intercommunautaires entre les groupes armés CODECO et Zaïre, le groupe armé ADF (Forces démocratiques alliées) multiplie les attaques contre la population civile, entraînant plusieurs abus flagrants des droits humains et des violations graves du droit international humanitaire. À ce jour, la province compte quelque 1,8 million de personnes déplacées. « Les forces de sécurité nationales et les milices comme le Wazalendo commettent également des violations des droits humains qu’il faut prévenir », a souligné M. Türk.

Visite de camps de déplacés

Au cours de sa mission, le chef des droits de l’homme de l’ONU a visité des camps de personnes déplacées à Bunia, dans la province d’Ituri, et à Goma, dans la province du Nord-Kivu. Selon lui, bien que les conflits qui se déroulent dans ces deux provinces soient différents, « le résultat est tragiquement similaire ». « Les personnes présentes sur les deux sites m’ont décrit comment elles avaient fui les combats et qu’elles cherchaient désespérément de l’aide et du soutien », a-t-il dit.

Le nombre des victimes des violences sexuelles a considérablement augmenté dans les zones où se déroulent les combats, mais aussi dans les camps. Dans le camp de déplacés de Bulengo à Goma, ses interlocuteurs lui ont décrit comment les femmes étaient attaquées alors qu’elles allaient chercher du bois pour préparer les repas, et comment certaines femmes et filles étaient obligées de se vendre pour survivre.

Vérifier aussi

image1170x530cropped

Paix et Sécurité: Les violations commises à l’encontre des enfants dans les conflits armés ont connu une augmentation « choquante » en 2023, déplore l’ONU

La violence contre les enfants pris dans les conflits armés a atteint des « niveaux extrêmes » …