Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

SURETE AEROPORTUAIRE: Les agents haussent le ton et égrènent un chapelet de doléances

Venus déposer hier matin une lettre de dénonciation au niveau de l’inspection du travail de Thiès, des employés de la TSA (TERANGA SÛRETÉ AÉROPORTUAIRE), ont tenu à faire face à la presse. Et c’est pour déplorer leurs dures conditions de travail face à leur direction qui fait semblant d’ignorer les véritables enjeux. Ces derniers ont émis des doléances.

Ils étaient des centaines à se donner rendez-vous  afin de dénoncer les conditions de travail jugées « difficiles ». Très en colère, ils ont crié leur désarroi face à ce qu’ils qualifient de « d’injustice à leur égard en tant que travailleurs de l’aéroport international Blaise Diagne. » « Ce que nous faisons est la sûreté aéroportuaire qui est la combinaison des mesures ainsi que des moyens humains et matériels visant à protéger l’aviation civile contre les actes d’intervention illicite. Nous sommes des agents de sûreté aéroportuaire. 

Publicités

Un nouveau métier au Sénégal inscrit dans l’annexe 17 de l’OACI  qui, pratiqué depuis l’ouverture de l’aéroport Blaise Diagne », ont-ils expliqué. Selon les travailleurs, l’Etat du Sénégal avait récupéré cette entité des  forces de défense et de sécurité pour  la confier à la TSA Teranga Sûreté Aéroportuaire, par le biais d’un marché que la HAAS a octroyé à la TSA. Mais ces derniers peinent à vivre à cause de l’exploration dont ils se disent victimes. « Nous nous confrontons à des risques énormes pour n’en citer que les bombes communément appelées EEI : engins explosifs improvisés dans notre jargon et les substances nocives dangereuses pour la santé humaine. Nous travaillons 7j/7 et H24 sur la plateforme aéroportuaire de Diass pour de pénibles shifts de 12 heures. Une précarité qui n’a que trop duré », a-t-il pesté.

A ce titre, le constat étant avec les derniers résultats en terme « d’avancées constatées dans l’accroissement du trafic, la hausse considérable du nombre de passagers par an, impactant sur leur volume de travail, les poussent à demander « une plus grande considération sur tous les plans. » Par conséquent, « ils réclament une amélioration conséquente de leurs salaires à l’image des autres travailleurs de la plateforme, une intégration des agents de sûreté de TSA à l’HAAS, une assurance malade de 100% avec notre propre médecin du travail inclus dans un Comité d’hygiène, une prime de motivation et de risque car les équipements que nous utilisons ont beaucoup d’effets pouvant nuire à notre santé. »  Selon ces derniers, la réduction des heures de shifts de 12 heures à 8 heures est une nécessité de même que des solutions pour les femmes allaitantes (heures de travail, congés de maternité etc…), les femmes enceintes seront exemptées de certains postes de travail exposés. 

A cela s’ajoutent des salles de repli et d’opérations pour les agents de la prestation compagnie ASSA avec un Comité d’hygiène qui, bien sûr, inclut un médecin du travail. Ils comptent rencontrer les autorités de tutelle, en l’occurrence le Ministre des transports aériens et des infrastructures aéroportuaires El Malick Ndiaye pour une solution finale et définitive à leurs conditions de travail.

MOMAR CISSE

 

 

 

Vérifier aussi

72 heures de Médina Baye: Un guide religieux étale son désaccord concernant l’absence du Président Diomaye Faye. 

La cité de Médina Baye a clôturé ce vendredi l’édition 2024 des « 72 heures …