Affaire Sweet Beauty: Me Clédor Ly confirme que Sonko n’a pas reçu de notification
Affaire Sweet Beauty: Me Clédor Ly confirme que Sonko n’a pas reçu de notification

Transfert de Sonko à la prison de Cap Manuel: Me Ciré Cledor Ly hausse le ton 

Dans un communiqué rendu public ce mardi, Me Ciré Clédor Ly s’est insurgé contre la manière dont son client a été transféré à la prison du Cap manuel. Le conseil d’Ousmane Sonko indique que le maire de Ziguinchor a été « enlevé » de l’hôpital et transféré au Cap manuel sans que ses médecins traitants et avocats ne soient au courant. Maître Ciré Cledor Ly dénonce, dans la foulée, le silence de la communauté internationale et soupçonne l’Etat de vouloir créer un climat socio-politique tendu pour justifier un éventuel report de l’élection présidentielle. 

Le leader du Pastef a été nuitamment transféré à la prison du cap manuel si on s’en tient à la déclaration de son avocat Me Ciré Cledor Ly. Selon lui, l’administration pénitentiaire a manqué à sa parole en procédant de la sorte « Malgré les promesses faites aux avocats de les prévenir pour leur éviter des déplacements et recherches du lieu de détention, l’administration pénitentiaire et les autorités, qui parasitent la détention de mon client, ont manqué à leurs paroles et enlevé nuitamment Ousmane Sonko de la salle de réanimations, sans avertir, ni informer les avocats, le médecin traitant ainsi que son médecin personnel », regrette-t-il.

Publicités

Poursuivant son argumentaire, la robe noire dénonce les pratiques de l’administration pénitentiaire qu’il juge « belliqueuses et outrancières » à l’égard des acteurs de la justice, du corps médical et de la société civile qui, selon lui, sont restés fidèles à la Constitution, aux lois, à la morale et à l’éthique démocratique. Dans ce sillage, le conseil d’Ousmane Sonko s’offusque de « l’inertie » de la communauté internationale, en-dehors de l’Union interparlementaire sur la situation de son client.

Pour maître Ciré Cledor Ly, l’opinion internationale « dispose » d’indices probants et de mécanismes lui permettant de freiner les « dérives » du régime de Macky Sall. Ainsi, selon le praticien du droit, « tout est mis en œuvre pour fausser la volonté populaire au soir du 25 février 2024 en privant Ousmane Sonko de ses droits électoraux ». Une situation qu’il assimile à une volonté de vouloir créer le chaos dans le but de justifier un éventuel report des élections et « l’installation d’une dictature sanglante ».

Pour finir, maître Ciré Cledor Ly exige la libération de son client « Quelque soit la prison dans laquelle est enfermé mon client, je répète que l’exigence populaire demeure et restera sa mise en liberté dans les délais les plus brefs puisque sa détention est le résultat d’intrigues judiciaires et policières inadmissibles pour le corps social », a-t-il conclu. 

Vérifier aussi

Urgent! La Culture sénégalaise en deuil : Aida Dramé de « Daaray Kocc » n’est plus

C’est une triste nouvelle qui est tombée hier touchant le monde de la Culture sénégalaise. …