Un chauffeur ‘’clando’’ dépouille une prostituée

Incroyable mais vrai ! Un chauffeur de clando, M. F. a été arrêté par les éléments de la police pour les délits d’association de malfaiteurs et de vol en réunion commis la nuit avec usage d’arme blanche. Il ressort des éléments de l’enquête que la dame, F. S. qui avait quitté la boite de nuit « Le Faro » la nuit des faits devait transporter des marchandises chez elle à Guédiawaye. Ainsi, a-t-elle pris un clando. Après quelques minutes de course, le chauffeur s’est arrêté prétextant que son véhicule est tombé en panne. Au moment où le conducteur était descendu pour tenter de réparer la voiture, un individu est surgi de nulle part pour venir attaquer la dame avec un couteau. Après l’avoir tenu en respect, l’agresseur a emporté le téléphone portable de marque IPHONE 07 de couleur noire, les cheveux naturels de la dame qu’elle avait achetés à quatre cent cinquante mille francs (450 000 frs), son sac qui contenait sa carte d’identité nationale et une somme de 20 mille frs. Ce qui est bizarre dans cette affaire c’est que le chauffeur de clando n’est pas venu au secours de sa cliente. Pis, il a été aperçu quelques instants plus tard par un taximan en train de discuter avec l’agresseur. C’est ainsi que le chauffeur est revenu vers la dame pour lui signaler ces faits. Sans perdre de temps, la dame est allée déposer une plainte au commissariat de la Médina contre le chauffeur de clando. Et c’est 4 jours après les faits que le mis en cause a été appréhendé par les éléments de la brigade de recherches. En faisant sa déposition, la plaignante a soutenu que : « après le départ du voleur, M. F. m’a automatiquement fait savoir qu’il allait le poursuivre à pieds en me demandant de l’attendre à côté du véhicule. C’est au moment de l’attendre qu’un chauffeur de taxi, arrivé à ma hauteur, m’a conseillé de monter dans sa voiture car il avait aperçu M. F. en train de discuter avec son agresseur. C’est sur ces entrefaites que je suis partie avec ce dernier qui m’a déposé au commissariat de la Médina où j’ai rédigé une plainte à l’encontre du mis en cause pour dénoncer les faits ». Il faut dire que les déclarations de la dame ont été balayées d’un revers de main par le mis en cause qui, accuse la dame d’être une belle de nuit qui fréquente la boite de nuit « Le Faro ». Lors de leurs discussions, il lui avait proposé de passer une partie de jambes en l’air avant qu’elle ne le réclame une somme de 20 000 francs CFA. « Ayant trouvé un accord, je lui ai proposé de se rendre à son domicile à Guédiawaye comme d’habitude mais elle m’a signifié que sa maman se trouvait à l’improviste dans sa chambre. Ainsi, nous avons décidé de nous rendre dans une auberge au Point E. Pour se faire, nous avons embarqué à bord de mon véhicule mais arrivés à hauteur de la station TOTAL de Soumbédioune, le moteur du véhicule s’est éteint mais je me suis débrouillé pour le rallumer et poursuivre notre chemin. Arrivé à hauteur du lycée Maurice De La Fosse sur les deux voies du canal 4 de la Gueule Tapée, le véhicule s’est éteint et j’ai été obligé d’immobiliser le véhicule pour voir plus claire de quoi il s’agit. Sur ces entrefaites que deux individus se sont attaqués à nous pour nous dépouiller de nos biens. Au moment où l’un dépossédait la dame Fatou Sarr de ses biens, l’autre m’a planqué un couteau au niveau de l’épaule droit avant de vider mes poches. Ainsi, ils m’ont délesté de mon portefeuille lequel contenait 20 mille 375 francs et ma carte nationale d’identité », a dit le chauffeur de clando pour se dédouaner. Lorsque les voleurs ont pris la fuite, poursuit-il, il est retourné dans son véhicule où il a trouvé la dame assise. « Dès mon arrivé, elle a quitté les lieux furieux à bord d’un taxi mais je suis resté sur place jusqu’aux environs 07 heures », a-t-il dit aux enquêteurs. Malgré ses dénégations, le chauffeur de clando a été placé en position de garde à vue. Il sera ensuite déféré devant le maître des poursuites qui décidera de son sort.

Publicités

Vérifier aussi

Chavirement à Saint-Louis: Deux autres corps sans vie, retrouvés

Le bilan du naufrage de la pirogue de migrants clandestins qui avait chaviré mercredi dernier, 13 juillet, sur …