Top Infos Rewmi du 01 03 2023
Top Infos Rewmi du 01 03 2023

Xew Xew Rewmi du 02 03 2023

Top Infos Rewmi du 02 03 2023: Des affrontements ont eu lieu au marché Sandaga de Dakar avant-hier Mardi entre commerçants et forces de l’ordre….L’étau se resserre autour de Assane Guèye plus connu sous le sobriquet de Azoura Fall…jiby Djigo, un jeune homme sous l’emprise de l’alcool, est condamné à une peine de 6 mois de prison ferme, assorti d’une amende de cent mille FCfa…..

 

Publicités

Momar Ndao va gérer la Commission de régulation des loyers

La décision est tombée hier, en Conseil des Ministres. Monsieur Momar NDAO, Ingénieur commercial, titulaire d’un Master en Droit de la Régulation précédemment Conseiller Technique à la Présidence de la République, est nommé Président de la Commission nationale de Régulation des Loyers des Baux à Usage d’habitation (CONAREL) au Ministère du Commerce, de la Consommation et des PME, poste vacant. Le Secrétariat  exécutif sera assuré par Idrissa Baldé, Enseignant-Chercheur.

 Ça se complique pour Azoura Fall du Pastef

L’étau se resserre autour de Assane Guèye plus connu sous le sobriquet de Azoura Fall. Ce membre du parti Pastef les Patriotes a été encore une fois placé sous mandat de dépôt. Il lui est reproché les faits de diffusion de fausses nouvelles sur la santé mentale du Chef de l’Etat, menaces de mort sans ordre ni condition sur la personne de R. A. SARR.

En effet, le mis en cause avait traité le chef de l’Etat de mbaam, (âne). Selon son avocat Me Khoureychi Bâ, aux yeux du procureur qui a saisi le Juge Mamadou SECK du Deuxième cabinet, ce chapelet d’infractions nécessite le mandat de dépôt au vu des dispositions de l’article 139 du Code de Procédure Pénale. Les motifs pertinents évoqués paraissant pour le juge incontournable :  éviter toute réitération de l’infraction, l’inculpé, coutumier des faits, étant l’objet de poursuites dans d’autres procédures similaires en cours, garantir sa représentation en justice et apaiser les troubles à l’ordre public consécutifs aux faits.

Arrestations de commerçants au marché Sandaga

Des affrontements ont eu lieu au marché Sandaga de Dakar avant-hier Mardi entre commerçants et forces de l’ordre. Les commerçants étaient très en colère contre le préfet qui, selon eux, aurait donné l’ordre de détruire 49 cantines sans sommation. Mamadou Moustapha Touré, Secrétaire général à la communication de l’Unacois section Sandaga, soutient que « les dommages causés sont estimés à plus de deux milliards ». Des commerçants ont été arrêtés et placés en garde à vue dans les locaux de la police. Ces derniers pourraient être poursuivis pour trouble à l’ordre public et participation à une manifestation non autorisée. Très déterminés, ces commerçants comptent descendre dans la rue si une solution n’est pas trouvée à leurs revendications. Ces marchands souhaitent la réhabilitation de leurs cantines sur le même site.

Tentative de meurtre

Djiby Djigo, un jeune homme sous l’emprise de l’alcool, est condamné à une peine de 6 mois de prison ferme, assorti d’une amende de cent mille FCfa. Il a été attrait à la barre suite à une plainte déposée par son père contre lui pour avoir attenté plusieurs fois à la vie de sa mère.  Les faits remontent dans la nuit du 22 au 23 janvier 2023, aux environs de minuit. Ivre mort, Djiby Djigo rentre dans la maison et sème le trouble. Il s’attaque à plusieurs membres de sa famille avec différentes armes blanches. La tension monte et il persiste dans sa folie de semer la terreur dans la cellule familiale. Après s’être pris à d’autres membres de sa famille, il décide de s’attaquer à sa mère. Armé d’un coupe-coupe, il essaye d’asséner un violent coup à sa génitrice, mais pour tenter de lui donner un coup. Déterminé, il pourchasse sa mère pour tenter de lui donner un coup mortel. Celle-ci a été sauvée suite à l’intervention des autres membres de la famille. Interrogé sur les allégations de son père, le mise en cause dit regretter son acte et demande la clémence du tribunal.

Deux cambrioleurs arrêtés à Touba

Deux cambrioleurs ont été mis hors d’état de nuire à Touba. Cette belle prise est à l’actif des limiers du poste de police de Gouy-Mbind. En effet, dans la nuit du dimanche dernier, le duo incriminé, à bord d’un taxi, s’est rendu au quartier Keur Serigne Niane Diop où les deux malfrats ont défoncé la porte d’un point de transfert d’argent. Ils sont ressortis avec deux téléviseurs et un ordinateur portable. Manque de bol pour eux, les policiers de Gouy-Mbind, en patrouille, les avaient dans leur mire. Ayant soupçonné la présence policière, les comparses ont pris la tangente. Ils seront neutralisés vers 5h par les hommes du lieutenant El Hadj Ndiogou Mbaye à l’issue d’une course-poursuite.

La fouille minutieuse effectuée dans le véhicule de marque Peugeot a permis aux policiers de saisir deux pieds de biche servant à la commission des cambriolages et du butin volé dans le point de transfert d’argent. La perquisition effectuée aux domiciles des deux cambrioleurs s’est révélée fructueuse. Selon des sources de Seneweb proches du parquet, un téléviseur et un régulateur électrique ont été retrouvés chez M. Ndom, et un autre téléviseur, un haut-parleur, trois mini haut-parleurs et un ventilateur ont été saisis chez son compère M. Guèye. Interrogé sur procès-verbal, le duo incriminé s’est mis à table. Au terme de l’enquête, le chauffeur et le commerçant arrêtés ont été déférés ce mercredi matin pour association de malfaiteurs, vol multiple en réunion commis la nuit avec effraction, usage d’un moyen de transport, entre autres charges.

L’armée française sommée de quitter le Burkina

Dans une lettre adressée au ministère de l’Europe et des affaires étrangères de la république française en date du 28 février 2023, le gouvernement burkinabè dénonce l’accord d’assistance militaire technique, conclu à Paris le 24 avril 1961 entre le Burkina Faso et la France. Ainsi, le Burkina Faso exige le départ définitif du personnel militaire français en service dans les administrations militaires.

L’armée française a un mois pour quitter le pays. « Le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Régionale et des Burkinabè de l’Extérieur du Burkina Faso informe également la partie française que la présente dénonciation prend effet dans un délai d’un (01) mois suivant sa réception et lui saurait gré des dispositions diligentes qu’elle voudrait bien faire prendre en vue du départ définitif de tous les personnels militaires français en service dans les administrations militaires burkinabè », écrit le communiqué. Toutefois, le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Régionale et des Burkinabè de l’Extérieur du Burkina Faso remercie le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères de la République française de son aimable coopération et saisit cette occasion pour lui renouveler les assurances de sa haute considération.

 

 

Vérifier aussi

Denis Ndour (LSDH) sur l’amnistie : « Un député responsable ne devrait jamais voter une telle loi »

Denis Ndour (LSDH) sur l’amnistie : « Un député responsable ne devrait jamais voter une telle …