Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Covid-19 et Tabaski: Quand le variant joue au trouble-fête
Covid-19 et Tabaski: Quand le variant joue au trouble-fête

Covid-19 et Tabaski: Quand le variant joue au trouble-fête

Au moment où les préparatifs vont bon train pour  la Tabaski,  le variant Delta poursuit son ascension. Des cas qui augmentent  et qui inquiètent.  Le virus a décidé de jouer au trouble-fête.

Avec ses tournées économiques le Chef de l’Etat avait « drainé » du monde. Allant au nord puis au sud, une foule nombreuse et sans aucun respect des gestes barrières était tout de même présente. Selon les populations, c’est lui-même le facteur déclencheur en créant une marée humaine. Dès lors, le nombre de cas augment et ce, à quelques jours de la tabaski. Un variant qui joue au trouble-fête.

Publicités

On parle de troisième vague, dans un contexte où d’aucuns avaient jeté le masque. Plus de respect des gestes barrières, les populations sont restées indifférentes. Dès lors, avec le nombre de cas qui augmente et le nombre de décès qui ne cesse de croitre de jour en jours, il urge selon les autorités de relancer le dispositif de prévention et de riposte est une urgente. Pour nos interlocuteurs, « il faut le port obligatoire du masque, l’interdiction des rassemblements et la disponibilité des vaccins. « Nous ne le dirons jamais assez car il y’a un relâchement qui ne dit pas son nom et c’est inacceptable. Il faut tout stopper dont les rassemblements publics et à caractères familiale, politique et religieux. Du côté de l’Etat il faut une prise en compte des vaccins pour une disponibilité », indique un spécialiste de la santé.  Face à cette lutte contre la pandémie, il faut une responsabilité individuelle pour faire face. « Nous devons appeler au sens des responsabilités des uns et des autres et il n’est pas normal que l’on ouvre un flacon pour attendre que des gens se pointent pour se faire vacciner », dénoncent-ils.  Pour le moment, les populations vivent avec le virus sans prendre de distance.

Pour le maire de la commune de Ndiarem Limamoulaye, il faut une instauration du couvre-feu nocturne. Au moment où les morts se comptent en nombre depuis quelques jours, les pertes en vie humaines inquiète Baidy Sèye qui pointe un index accusateur sur le Covid 19. « Je ne sais pas de quoi sont morts « mes » concitoyens, mais j’en dénombre près de 8 pendant dix jours. On n’a rien fait pour savoir le pourquoi. Je me pose des questions en tout cas », tonne l’édile de la commune. Sur cette situation, il faut un nouvel arsenal pour contenir cette vague car, dit-il, « si le nombre de cas augmente, la tabaski risque aussi d’être très compliquée et serrée pour ceux qui doivent partir vers d’autres destinations. »

Face à cette situation, Baidy Sene fera savoir qu’il est important d’organiser des caravanes de sensibilisation auprès des populations, mais, ajoute le maire, « il faut que ces personnes qui doivent le faire puissent s’organiser davantage. Il s’agit des jeunes, des badiénou Gox et les communicateurs etc. pour espérer toucher le maximum. Dans un premier temps, il faut apprendre à ne plus se donner les mains et à les laver et avec l’utilisation du gel antiseptique. Que l’Etat trouve des formules pour le port de masques. »  S’agissant de la réactivation du couvre-feu, le maire de la commune de Ndiarem limamoulaye entend mettre l’accent sur ce point. Pour lui, « il faut prouver aux populations que la pandémie est réelle et qu’ils évitent de sortir. Il faut faire appel aux forces de sécurité car nous allons siffler pour serrer la vis. »

Macky aux bancs des accusés

Du coté des populations, l’on accuse le Chef de l’Etat qui avait décidé de la tenue de faire des tournées économiques.  Pour les populations interrogées ; elles n’y sont pas allées de mains mortes. « C’est   Macky Sall le seul responsable. Comment il a pu tenir des tournées. Il faut qu’il arrête vraiment cela. Charité bien ordonnée commence par soit même. Que les politiciens nous aident tout de même en mettant une croix sur leurs tournées.  Et la santé st prioritaire » estime Joe. Même son de clocher pour d’autres qui soutiennent que « la population est  aussi complice car à chaque fois qu’on fasse appel à elle, tout le monde es présent. « Les gens ne portent plus de masque. Les citoyens doivent respectés les mesures et on était à 10 cas mais là c’est  le comble et l’inquiétude est là », disent les interlocuteurs.

Etant donné qu’ils seront des milliers à quitter Dakar pour se rendre auprès de leur famille respective, les autorités se penchent déjà sur une stratégie de sensibilisations de masse.

MOMAR CISSE

Vérifier aussi

Entre bradage du foncier et déclassement de forêts : Le Sénégal fait face à une urbanisation galopante, une atteinte à l’environnement

Au Sénégal, les populations assistent, impuissantes, à l’agression continue des poumons verts avec ses corollaires …