Tensions politiques au Sénégal: Charles Emile Ciss appelle YAW et BBY au dialogue
Tensions politiques au Sénégal: Charles Emile Ciss appelle YAW et BBY au dialogue

DIALOGUE POLITIQUE: La population élargit le sujet   

L’ouverture d’un dialogue politique tel que proposé par le président Macky Sall, à moins de dix mois de la présidentielle, est perçue par certains sénégalais comme une « tentative » de l’actuel chef de l’Etat de briguer un nouveau mandat.

La plupart de la population se demande le but du dialogue politique lancé par le président Macky Sall. D’ailleurs quelques parties politiques ont refusé de prendre part à ce dialogue notamment le Pastef du leader politique Ousmane Sonko. Au rond-point de liberté 6 règne une ambiance plutôt calme surtout  , à côté de la station Total se trouvent quelques vendeurs de chaussures en discutant de sujets  de politique il ont bien voulu répondre à quelques questions Omar Fall qui fait partie de l’assemblée interrogé sur la question tonne  :  «Nous sommes à quelques mois de l’élection présidentielle si le président Macky Sall appel à un dialogue politique il pense pouvoir préparer le terrain attirer certains leaders politiques pour penser à un éventuel troisième mandat. Ousmane SONKO à bien fait d’avoir refusé de participer à cette mascarade, nous soutenons SONKO et quoi qu’il arrive nous serons toujours avec lui », a souligné notre interlocuteur. 

Publicités

Un autre vendeur de chaussures du nom de Cheikh Seye qui selon lui un dialogue politique est certe une bonne chose mais le temps de ce dialogue est dépassé , : « Le temps n’est plus au dialogue, nous ce que nous demandons au président Macky Sall c’est de signaler sa position pour ces élections présidentielles à venir. Ousmane SONKO un potentiel candidat que le gouvernement veut écraser mais nous n’allons pas laisser cela se produire », explique notre interlocuteur. 

La  population n’est pas pour ce dialogue politique, dont SONKO n’a pas voulu répondre présent.

 Djibril paye , répondant aux questions sur la situation actuelle du pays avec le cas de Ousmane SONKO , il répond en ces termes : « Nous sommes  en pleine crise politique, Ousmane Sonko  est un opposant comme beaucoup d’autres donc s’il refuse de répondre à ce dialogue politique c’est qu’il a une bonne raison », expliqua -t-il.

La population est peu favorable au dialogue politique et dit que la situation politique du pays est déplorable , car le Sénégal a toujours été un pays de paix et de tolérance.

Vérifier aussi

ligue des imams et prédicateurs du Sénégal

Demande de « sukaru koor » de certains imams à Diomaye Faye: La LIPS se démarque 

À travers un communiqué rendu public, la ligue des imams et prédicateurs du Sénégal (LIPS) …