Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE : Les recommandations du CPCS

Le Consortium panafricain des compétences en synergie (CPCS) a présenté son rapport succinct, relatif au suivi  de la séquentielle de tenue des opérations de vote et au climat post électoral prévalant au Sénégal, dans l’attente de la proclamation chronologique et officielle des résultats provisoires, et ceux définitifs de l’élection présidentielle de dimanche dernier. Ledit consortium recommande d’adopter le bulletin unique aux prochaines élections.

Pour les prochaines élections, le consortium panafricain des compétences suggère l’introduction au Sénégal du bulletin unique à souches, afin de suppléer la donne actuelle des bulletins multiples (bulletins par candidats),  lequel peut permettre à l’Etat dans le cadre de la bonne gouvernance de faire des économies importantes par rapport au phénomène des bulletins multiples ( bulletins par candidats) au Sénégal qui coûtent cher pour beaucoup dans l’organisation des élections. 

Publicités

Dans leur rapport rendu public, ces acteurs estiment que la  donne du bulletin unique aurait pour intérêt de réduire drastiquement  des quatre cinquième la production desdits bulletins pour tous ou au maximum de moitié, les dépenses relatives au nombre total de bulletins à confectionner pour le scrutin y relatif, tous les  candidats étant sur un seul bulletin unique. « Ce bulletin unique à souches numérotées, outre la réduction drastique des coûts d’impression, il est facteur de réduction des risques d’erreurs, de pénurie de bulletin d’un candidat quelconque, mais aussi et surtout permet une meilleure traçabilité du vote avec notamment la diminution du risque éventuel d’achat de conscience ou celui probable d’achat de voix que la disposition d’usage des bulletins multiples peut occasionner, avec le monnayage des bulletins non utilisés par un électeur pour justifier son vote effectif dans l’urne vis-à-vis de celui auprès de qui l’on pourra ainsi prouver son monnayage de voix, ce qui peut être un processus avéré de corruption très technique, pour détourner les voix et vicier par ricochet, la sincérité du vote », lit on dans la missive.

Et de poursuivre : » L’importance absolue au Sénégal,  de mettre au minimum  à la disposition de tous les observateurs quel qu’ils soient, un pôle ou centre de presse pris en charge par l’État, où seraient regroupés à cet effet tous les organes de presse tant nationaux qu’internationaux, ce qui aura pour but de faciliter la communication desdites entités respectives de Coordination d’observations électorales ou de missions, étant donné le fait que toutes ne sont pas logées à la même enseigne financière, tout comme de moyens en leur possession, notamment celles des ONG de la Société civile nationale ou celle africaine, et ceci en comparaison aux Institutions telles que l’Union Africaine, la CEDEAO, l’Union Européenne, etc…, malgré que toutes viennent au même titre dans un pays donné, pour apporter une fois invitées ou accréditées, leur expertise de contribution à l’enracinement et à la consolidation démocratique dans nos pays africains ». 

A l’endroit du futur gouvernement, ce consortium exhorte d’aller plus loin dans les réformes institutionnelles électorales en vue de mieux se conformer à la Charte Africaine pour la Démocratie, les Élections et la Bonne Gouvernance, au Protocole de la CEDEAO sur la Démocratie et la Gouvernance, sans oublier de rester fidèle aux exigences et Traités universels qui fondent une Nation démocratique. « Nous appelons à entamer des réflexions et si possible, des consultations nationales pour renforcer l’indépendance et l’impartialité des organes en charge des élections, conformément aux requis de la zone CEDEAO dont le Sénégal est membre, tout comme ceux relatifs de l’Union Africaine notre Organisation continentale, afin de renforcer les conditions de confiance nécessaire à un processus électoral de confiance en amont et apaisé », laissent ils entendre. En ce sens, ils invitent à fixer avec clarté et dans la transparence toutes les modalités de validation des parrainages, véritable écueil, afin de vaincre le climat de suspicion à l’égard de l’intégrité du processus électoral. Sur cette liste s’ajoute la mise en place des mécanismes concrets, y compris à travers une réforme de la Loi sur la parité, pour accroître davantage la participation des femmes dans les postes décisionnels autres que électifs et semi-électifs,  un système légal et plus effectif de contrôle des sources de financement des partis politiques et pourquoi pas doter chaque candidat du même niveau d’oxygène financier, tout en déterminant le seuil de plafonnement des dépenses de campagne électorale afin de préserver l’égalité entre les candidats et promouvoir une compétition politique plus saine.

À la commission électorale nationale autonome (CENA), le consortium  exhorte de continuer si possible, à exercer pleinement les prérogatives qui lui sont dévolues par la loi électorale, en vue de garantir le bon déroulement de supervision  et la transparence de toutes les consultations électorales, tout en souhaitant, dans le cadre du recrutement de ses membres observateurs déployés à l’effet lors d’un processus donné, que la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA), prend à priori dans le vivier de ressources humaines des ONG nationales qui ont prouvé en moult circonstances, leurs dévouements et engagement au service du Sénégal démocratique, ce qui en ferait une belle équipe  qui renforcerait la crédibilité d’observation et/ou de supervision des élections de cette Institution, ou au mieux et de manière consensuelle de rencontres ou d’échanges politiques nationaux, doter cet organe de toutes les prérogatives nécessaires pour en faire d’elle une Haute Autorité Nationale des Elections  avec pleins pouvoirs d’organisation des élections jusqu’à la proclamation provisoire des Résultats. 

A la société civile, la mission l’encourage  à poursuivre ses efforts de plaidoyer auprès des forces politiques nationales en vue de consolider et de préserver la cohésion sociale au Sénégal, tout en maintenant constamment, ses efforts d’éveil de la conscience citoyenne des populations sénégalaises.

 

NGOYA NDIAYE

Vérifier aussi

Urgent! Justice: Mandat d’arrêt international contre Benjamin Netanyahu pour crimes de guerre

La Cour pénale internationale (CPI) a émis ce lundi un mandat d’arrêt contre le Premier …