Intérim du pouvoir après le 02 avril : Macky a deux options !

Le Président Sall a deux options : Soit démissionner avant le 02 avril et confier le pouvoir au Président de l’Assemblée nationale Amadou Mame Diop, soit rester au-delà du 02 avril et assurer lui-même l’intérim jusqu’à l’arrivée du prochain président.

C’est dire que, pour nous, il ne saurait garder le pouvoir jusqu’à son terme le 02 avril et quitter le fauteuil présidentiel en laissant le soin au Conseil constitutionnel de chercher un intérimaire. Cette forme de vacance du pouvoir ou d’errance du pouvoir ne saurait être acceptée. Car, elle trahirait l’esprit et la lettre des dispositions pertinentes de l’article 36 de la Constitution du Sénégal.

Publicités

La Constitution prévoit en effet que le président sortant reste en exercice jusqu’à l’arrivée du nouveau président. Car, entre les deux, il y a l’obligation non pas de la passation de service, mais de passation de pouvoir. En effet, ce que nombre de gens semblent occulter ou ignorer, c’est qu’il y a tout un protocole qui entoure la passation de pouvoir avec des exigences liées à la raison d’Etat et à la sécurité publique.

Le nouveau président en aura besoin et l’ancien ne saurait l’ignorer. Il doit lui confier des secrets d’Etat, les numéros de compte de l’Etat, lui faire l’état des projets publics, de l’avancement des chantiers, de la nature des relations avec certaines institutions s’il reste des signatures ou des négociations importantes, lui faire le point sur le patrimoine public de l’Etat, etc. C’est dire à quel point la passation de pouvoir est importante pour ne pas dire incontournable dans la marche de la République. Mieux, les charges présidentielles sont tellement névralgiques, qu’aucune décision les concernant ne saurait être prise sur un coup de tête.

Les humeurs individuelles, les rivalités entre politiciens, les quolibets et leurs querelles ne sauraient interférer et oblitérer la marche normale de la République. Qu’on se le tienne pour dit ! Si donc Macky souhaite vraiment partir sans assurer la passation de pouvoir, qu’il démissionne alors avant le 02 avril pour laisser la place à Amadou Mame Diop qui est parfaitement capable d’assurer ces charges.

Autrement, après le 02, ce sera trop tard de partir. Et le Conseil constitutionnel, au regard du contexte, doit le lui rappeler en des termes qui ne souffrent d’aucune équivoque. La survie de la République en dépend. Car, si un nouveau Président débarque sans ce protocole nécessaire, il débutera sérieusement son mandat avec plus de difficultés. Et il lui faudra plus de temps d’adaptation après l’euphorie de réussir à conquérir le pouvoir. Car, une fois la poussière dissipée, les choses sérieuses devront commencer. 

Et l’opinion est tellement pressée et exigeante que les incompréhensions et les déceptions pourront commencer beaucoup plu vite que l’on ne le croit. 

Assane Samb

Vérifier aussi

Diplomatie: Bassirou Diomaye Faye en visite en Gambie

Le Président de la République se rendra en Gambie, le samedi 20 avril 2024, apprend …