Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Niger: La tentative de coup d'Etat de trop
Niger: La tentative de coup d'Etat de trop

Niger : Attention à la guerre! 

Le coup d’Etat au Niger a été présenté comme celui de trop dans la sous-région ouest-africaine.  Le Mali, le Burkina Faso et le Mali sont déjà gouvernés par des militaires donc des régimes d’exception. Aujourd’hui, la Cedeao tape sur la table. Elle a donné un ultimatum à la junte qui touche à sa fin. Sinon, ce sera la guerre.  Une solution radicale qui n’en est pas une. Car, comme les guerres finissent toujours par des négociations avec leurs cortèges de morts et de dégâts matériels et psychologiques, autant commencer par celles-ci.  Oui bien sûr, la Cedeao a commencé par négocier.

Mahamat Idriss Déby a été sur place au nom de la Cedeao. L’ancien Président Issoufou aurait joué les bons offices. Le président togolais était aussi à pied d’œuvre.  Mais tout ceci n’aurait rien donné.  Des négociations non-officielles, nous n’en savons rien non plus.  En tout cas, d’après les observateurs sur place, le coup d’Etat a du mal à passer. La junte a du mal à faire passer la pilule y compris au Niger.  Néanmoins, il faudra y repenser à deux fois avant d’envisager une situation de guerre. Déjà des pays comme le Mali, le Bukina Faso, la Guinée et l’Algérie y sont hostiles.
Ensuite, la guerre serait un coup de pierre dans une niche d’abeilles. Cela va davantage fragiliser le Niger et les pays de la sous-région. Les terroristes, très présents dans la zone, vont ainsi se frotter les mains. Car, si les États se battent, les réfugiés vont augmenter y compris les risques d’attentat. Et qu’importe le vainqueur, le pays va davantage sombrer dans la pauvreté et la fragilisation à outrance. Il est important alors que la Cedeao et ses partenaires des Nations-Unies et de la France évitent d’encourager l’escalade de la violence malgré le fait que les coups d’Etat ne sauraient être tolérés et encouragés.
Il faudra alors continuer à les combattre par d’autres armes notamment celles de la sanction, des suspensions d’aide, des coopération, des investissement si, bien sûr, les négociations échouent.  Il faudra s’armer de patience et de fermeté pour amener les juntes à ne pas s’éterniser.  Ceci est d’autant plus opportun que certaines populations notamment au Niger manifestâtes pour protéger les militaires. Elles veulent s’ériger en boucliers.  A quelques heures de la fin de l’ultimatum, le pire est alors à craindre.
Assane Samb

Vérifier aussi

Paris: Trois (03) hauts responsables syriens jugés pour crimes contre l’humanité

Trois hauts responsables du régime de Bachar al-Assad seront jugés à partir de mardi, par …