Parkinson : une piste prometteuse pour ralentir la progression de la maladie
Parkinson : une piste prometteuse pour ralentir la progression de la maladie

Parkinson : une piste prometteuse pour ralentir la progression de la maladie

Des chercheurs sont sur la piste d’un traitement contre la maladie de Parkinson. Injectés par voie intranasale, les deux peptides ralentissent la mort des neurones dopaminergiques. Les premiers résultats sur des souris de laboratoire sont encourageants.

La maladie de Parkinson est la pathologie motrice la plus fréquente dans le monde. En France, près de 160.000 personnes sont concernées par cette dégénération des neurones dopaminergiques qui engendre de nombreux symptômes dont des tremblements caractéristiques. Le coupable présumé de la disparition des neurones dopaminergiques est la présence d’agrégats insolubles d’une forme anormale de l’α-synucléine, appelés fibrilles préformées. Ces dernières sont aussi présentes dans les corps de Lewy, des « boules » de protéine qui se forment dans les neurones et sont à l’origine de plusieurs maladies neuro-dégénérativesdont Parkinson.

Les neurones se débarrassent des agrégats d’α-synucléine par exocytose. Ils pourraient alors, selon un mécanisme encore inconnu, se transmettre aux autres neurones. Les microglies, les cellules immunitaires du cerveau, sont activées par les fibrilles préformées et libèrent leurs cytokines pro-inflammatoires. Une inflammation chronique s’installe dans le cerveau et précipite la mort des neurones dopaminergiques et la libération d’α-synucléine.

Un traitement intranasal prometteur

Pour sortir de ce cercle vicieux, les scientifiques du Rush University Medical Center de Chicago proposent une approche qui a fait ses preuves in vitro et désormais in vivo sur des souris de laboratoire. Ils ont mis au point deux peptides, des petites protéines, qui inhibent l’activation des microglies par l’α-synucléine. Le premier, appelé wtTIDM, cible le TLR2 des microglies, le récepteur de l’immunité innée qui les active. En empêchant la communication du TLR2 avec les autres éléments de la cascade de réactions, le peptide wtTIDM empêche l’activation des microglies. Le second peptide, wtNBD, agit de la même manière mais en se fixant ailleurs.

Ces deux peptides ont été administrés par voie intranasale à des souris qui possèdent une grande quantité de fibrilles préformées pour récréer une forme de Parkinson. Après ce traitement, l’activité inflammatoire des microglies a drastiquement diminué, tout comme la propagation de l’α-synucléine, protégeant ainsi les neurones dopaminergiques. Ces effets biologiques se traduisent par une amélioration de leur état de santé. Les souris traitées ont une meilleure locomotion et un meilleur équilibre entre autres fonctions motrices.

Les scientifiques travaillent sur plusieurs axes de recherche comme l’immunothérapie ou la thérapie génique pour guérir cette maladie qu’on ne sait que ralentir.

Check Also

La NASA choisit le Sénégal pour l'observation de l'astroïde Orus

La NASA choisit le Sénégal pour l’observation de l’astroïde Orus

La NASA renouvelle sa confiance en l’expertise sénégalaise dans le domaine de l’astronomie. Ce, après …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rewmi

GRATUIT
VOIR