Locales 2022: Macky Sall
Locales 2022: Macky Sall

PM et nouveau gouvernement: Macky subit le diktat de ses proches

La procédure d’urgence n’aura servi  à rien. L’Assemblée nationale a fait diligence pour autoriser le rétablissement du poste de Premier ministre depuis décembre 2021.

Depuis, silence radio. Macky, après analyse, s’est rendu compte qu’il faisait fausse route, politiquement parlant. Car, s’il a toutes les raisons de rétablir ce poste stratégique, ne serait-ce qu’au regard de ses nouvelles responsabilités à la tête de l’Union africaine, ce serait une grave erreur de le faire avant les législatives de juillet prochain.  En effet, le choix d’un Premier Ministre et donc d’un nouveau gouvernement, impliquerait, automatiquement, un coup de pied dans la fourmilière. Ce que d’ailleurs tout le monde attendait à la suite des locales pour lesquelles beaucoup de ministres ont été battus dans leurs localités et attendaient de devoir en payer les pots cassés.

Or, si le Président les sanctionnait par un limogeage ad nutum, il créerait les conditions de frustrations en série et donc de risques de votes-sanctions pour ne pas dire de départs dans les rangs.  Cette vérité est aussi valable pour ses partisans de l’Alliance pour la république (Apr) que pour les alliés dont certains n’apprécient pas déjà le sort qui leur est réservé.  Pis, un remaniement actuel serait de peu d’utilité car il faudra, au sortir des législatives, procéder à un autre. Ce qui, manifestement, donnerait l’image d’une instabilité institutionnelle manifeste.

Alors, le Président avait le choix : Soit nommer le Premier Ministre et reconduire tout le gouvernement, ce qui serait mal vu au regard des résultats des locales dont il faut tirer les leçons, soit laisser le statu quo ante en attendant les résultats des législatives. Alors, il a opté pour la seconde alternative étant entendu qu’il sait que le choix même du poste de Pm allait donner suite à de nombreuses supputations.

En clair, Macky subit le diktat d’un entourage cosmopolite, exigeant, grincheux et parfois indiscipliné.  Or, il sait qu’il ne faut pas rater le virage des législatives qui est très important dans la perspective de la future présidentielle.  Donc, il attend. Et pendant ce temps, le Sénégal reste sans Premier ministre alors que l’Assemblée nationale a déjà décidé qu’il doit y en avoir un. Du coup, on peut s’interroger sur la pertinence de la démarche du Président qui est discutable du point de vue institutionnelle même si c’est compréhensible du point de vue politique.

Ce qui veut dire qu’en toile de fond, ce sont les logiques partisanes qui prévalent lorsqu’une situation se présente dans notre pays où tout est politique.  C’est également ce qui fait que les coalitions, aujourd’hui inévitables, sont des engrenages dont il est difficile de se défaire avec des logiques internes spécifiques qui ne laissent pas toute latitude à ceux qui s’y engagent.  Il n’y a pas un leader politique qui ne soit pas otage des logiques de coalition qui sont beaucoup plus contraignantes que celles de partis où le ‘’chef’’ peut toujours décider en toute souveraineté malgré l’apparence de démocratie interne.

A cela s’ajoute le contexte électoral de défaite dans les grandes villes y compris Dakar dont toutes les leçons ne sont pas encore tirées.  Alors, il faut être prudent dans la prise de décision au risque de creuser les contradictions et donc les risques de défaite.  Car, Macky l’aurait dit à certains de ses proches : ‘’A chaque fois qu’il se débarrasse de quelqu’un, il perd un ami’’. Et des amis, il en a certainement beaucoup perdus.

Assane Samb

 

A propos de Mor Fall

Check Also

portrait de mame cheikh ibrahima fall touba tv 141290

20e Jour de ramadan : Le jour où Cheikh Ibra Fall a fait son pacte d’allégeance à Serigne Touba

Le vingtième jour du mois est une date importante pour la confrérie mouride et plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rewmi Actu

GRATUIT
VOIR