Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

Relations entre le MEDS et les Pouvoirs Publics, Modou Mboup étale les défis à relever

En prélude des assises économiques du Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS) qui se tiendra ce jeudi 14 septembre, le secrétaire général dudit mouvement en l’occurrence Modou Mboup est revenu sur les défis à relever entre les pouvoirs publics et les entreprises privées notamment dans le financement des entreprises et leur accès aux marchés publics. Modou Mboup a également mis en lumière, dans la foulée, les objectifs de ces assises économiques.

Publicités

Quel est l’objectif de ces assises économiques ?

Chaque année, on discute d’un thème qui va parler du présent et de l’avenir des entreprises. On invite des experts de haut niveau pour échanger sur les paradigmes de l’économie actuelle et son évolution éventuelle. Maintenant, après on produit un document de référence qui renferme des recommandations et des réflexions que nous allons adresser au gouvernement, aux institutions internationales, aux bailleurs de fonds et aux partenaires techniques et financiers. Voilà en résumé l’objectif de ces assises économiques que nous organisons pratiquement chaque année.

Qu’est   ce   qui   explique   le   choix   du   thème: « Owneship/Appropriation – Le renouveau de la matrice de partenariat entre les acteurs économiques et les pouvoirs publics ?

Nous l’avons choisi pour mieux appréhender les mécanismes que chaque pays pourrait utiliser pour être le maître de son destin. Nous l’avons également choisi pour voir les domaines dans lesquels nous pouvons promouvoir une politique d’appropriation qui pourrait permettre aux pays d’être des décideurs indépendants.

Comment décrivez-vous les relations entre les pouvoirs publics et les entreprises privées ?

Le MEDS est en concertation permanente avec les pouvoirs publics au niveau de cadre et de plateforme que nous nous retrouvons. Nous participons également à la promotion des politiques publiques. Cependant, le plus grand défis reste la participation massive du secteur privé aux marchés publics parce qu’il faut reconnaître qu’aujourd’hui que les entreprises privées obtiennent une part minime dans la masse d’argent consacrée aux marchés publics. La plupart de cette manne financière est captée par les entreprises étrangères et il urge de tout faire pour inverser la tendance en faisant des entreprises sénégalaises les grands bénéficiaires de cet argent. L’autre défi à relever également, c’est le financement des entreprises. Dans les pays développés, c’est l’État qui prend en charge les problèmes de trésorerie et d’investissement des entreprises. Ce sont les banques, à travers l’État central, qui accompagnent les entreprises.

Malheureusement, au Sénégal, le financement bancaire aux entreprises est très insuffisant contrairement à des pays comme la Tunisie et le Maroc. Dans ces pays, le système bancaire national participe presque à 70% du financement du PIB alors qu’au Sénégal, ce financement tourne autour de 25%. Nous sommes donc confrontés à des problèmes de financement bancaire et l’État doit réagir pour régler cette situation. On nous demande des garanties que nous n’avons pas et les taux d’intérêt sont également très élevés. L’autre problème aussi, c’est l’absence de ressources longues qui conviennent aux petites et moyennes entreprises et aux petites et moyennes industries.

Quel est aujourd’hui en résumé l’apport du MEDS dans l’économie du pays ?

D’abord notre objectif principal, c’est de participer au développement du pays en créant de richesses nationales, en favorisant l’accroissement de l’investissement privé et en créant des emplois. Tout le monde est conscient aujourd’hui que le développement d’un pays passe forcément par les entreprises privées. Les Etats créent un cadre et une réglementation mais c’est essentiellement l’investissement privé qui permet le développement. Nos entreprises participent en grande partie à lutter contre la précarité, le chômage des jeunes en créant bien-sûr de la richesse et de l’emploi.

Quelles sont vos perspectives après ces assises ?

À la fin des assises, nous allons évaluer le travail que nous avions fait jusqu’ici. Mais la vraie perspective, c’est comment nous allons faire pour que l’exploitation prochaine du pétrole et du gaz bénéficie essentiellement aux populations locales. Nous allons également nous pencher sur les solutions à apporter aux problèmes de l’emploi des jeunes en s’appuyant principalement sur l’exploitation du gaz et du pétrole à venir. Le MEDS verra aussi les mécanismes à utiliser pour que les partenariats public-privé soient bénéfiques aux populations. Voilà en quelque sorte les domaines dans lesquels, nous estimons que le principe de l’Ownership doit être observé.

EL HADJI MODY DIOP

Vérifier aussi

Gestion du Pétrole: Des acteurs promeuvent le contrat de partage de production

Le pétrole représente une ressource importante pour de nombreux pays d’Afrique tant par ses exportations …