Top Infos
Top Infos

Top Infos Rewmi du 01/02/2024

Top Infos Rewmi du 01/02/2024: Chavirement d’une pirogue à Saint Louis….La réaction de Macky Sall sur le chavirement d’une pirogue à Saint Louis…Trafic de drogue…Alerte rouge à la pollution de l’air…5 t de faux médicaments et 3,160 t de chanvre indien incinérées…Manque d’enseignants à Dagana…

La réaction de Macky Sall sur le chavirement d’une pirogue à Saint Louis

Publicités

Une pirogue de migrants a chaviré ce mercredi au large de Saint-Louis, causant la mort d’une vingtaine de personnes. Après ce drame, le président Macky Sall a réagi et présenté ses condoléances aux familles éplorées. Il annone également un soutien aux familles des victimes. « C’est avec une profonde tristesse que j’exprime ma compassion et ma solidarité, suite au tragique chavirement d’une pirogue au large de Saint Louis, ayant coûté la vie à une vingtaine de migrants.  En ces moments difficiles, nos pensées et nos prières accompagnent les familles et proches des victimes. Les autorités compétentes sont mobilisées pour leur apporter soutien et assistance. Que les âmes des défunts reposent en paix! », a écrit le chef de l’Etat.

Chavirement d’une pirogue à Saint Louis 

Ce mercredi, un nouveau drame maritime vient s’ajouter à la longue liste des victimes de cette aventure incertaine. Une pirogue qui faisait plus de 200 personnes a chaviré faisant un bilan de 45 victimes (24 personnes décédées et 21 prises en charge dans les services sanitaires de l’hôpital régional de Saint Louis). Le président de l’Ong Horizons Sans Frontières pense que la solution à cette problématique persistante, c’est de régler toutes les problématiques liées à l’insécurité humaine. « Ce sont des drames qui ne nous surprennent plus. Le chef de l’État est interpellé pour mettre l’accent sur l’essentiel, redonner de l’espoir à la jeunesse, lutter contre le pillage de nos ressources. Nous constatons malheureusement qu’il n’y plus d’espoir pour cette jeunesse » a-t-il indiqué. 

Chavirement d’une pirogue à Saint Louis (Bis)

En réalité, l’Espagne avait récemment alerté que le phénomène avait repris. Donc, cela n’est pas surprenant pour Boubacar Seye quand on enregistre ce nouveau coup dramatique surtout avec un attentisme qui ne dit pas son nom de la part des autorités compétentes qui ferment les yeux sur les urgences. « En regardant de près la situation politique nationale, on se rend compte que nous n’avons pas encore vu le bout du tunnel. Nous sommes à quelques encablures de la présidentielle et ce drame montre que notre jeunesse est réellement désespérée. Le plus grave c’est que l’autorité ne se prononce pas sur cette situation. Ce qui nous laisse sans voix » s’indigne le président de HSF.

Alerte rouge à la pollution de l’air 

Dakar et d’autres villes du Sénégal vivent, depuis plusieurs jours, sous un couvercle de pollution de l’air. Selon des informations émanant du Centre de gestion de la qualité de l’air qui lance l’alerte, «l’indice de la qualité de l’air pour Dakar est globalement rouge pour la journée du 29 février». La situation pourrait s’aggraver les 24 prochaines heures. L’organe de contrôle de la pollution de l’air rapporte des données qui donnent le tournis.  En effet, « la moyenne des concentrations de particules PM10 est à plus de 300 microgrammes par m3 (µg/m3) dans l’air ambiant. Elle est à plus de 110 microgrammes par m3 (µg/m3) pour les PM2,5». Ainsi, la vigilance reste de mise chez les personnes particulièrement sensibles. Le Centre de gestion de la qualité de l’air recommande le port du masque. 

Trafic de drogue 

Un couturier qui s’activait dans le trafic de drogue est tombé dans les filets des éléments du commissariat d’arrondissement de Zac Mbao. Tout est parti lorsque des policiers se sont rendus, mardi dernier, à Keur Mbaye Fall  pour remettre une convocation à une personne ayant maille à partir avec la justice. En cours de route, les limiers ont rencontré, dans une ruelle, un homme à l’allure suspecte. La fouille corporelle effectuée sur M. K. D. s’est soldée par la découverte de cinq cornets de chanvre indien. Conduit au commissariat de Zac-Mbao, le mis en cause, soi-disant couturier, a tenté de faire croire aux enquêteurs que la drogue saisie sur lui était  pour sa consommation personnelle. Mais la perquisition de son domicile situé à Keur Mbaye Fall a permis aux limiers de mettre la main sur 1 kg et 150 cornets de chanvre indien, selon des sources de Seneweb. Au total, une quantité de 2 kg de drogue a été saisie. Interrogé une nouvelle fois sur procès-verbal, le couturier a fini par reconnaître son statut de dealer. Il a été déféré au parquet.

5 t de faux médicaments et 3,160 t de chanvre indien incinérées

Cinq tonnes de faux médicaments d’une valeur de 764 293 000 F CFA et 3,160 t de chanvre indien d’une valeur de 316 000 000 F ont été incinérées, ce matin, au dépotoir de Gandigal, à Mbour. « Ces produits prohibés constituent, sans l’ombre d’un doute, un fléau pour notre pays », a assuré le commandant Khaly Sow, de la subdivision littorale Sud de la douane. La cérémonie était organisée par les brigades maritimes de Mbour et de Joal de la Subdivision des douanes du littoral Sud. Le commandant Khaly Sow a profité de la cérémonie pour remercier les autorités douanières pour les moyens mis à la disposition de leur service à travers l’ambitieux Programme de modernisation de l’Administration douanière (PROMAD). 

5 t de faux médicaments et 3,160 t de chanvre indien incinérées (suite)

Il a aussi magnifié l’excellente collaboration avec les forces de défense et de sécurité. « Cette coopération se décline dans la mise en œuvre de nos missions sécuritaires, comme la protection des frontières et la lutte contre les trafics illicites. Les principes de cette collaboration avec les FDS sont : l’interopérabilité des forces, la mutualisation des moyens, l’échange de renseignements, les opérations combinées destinées à faire face aux menaces de toutes sortes. Il me plait de citer en exemple la collaboration exemplaire avec la marine nationale pour renforcer la surveillance fluviomaritime et lutter contre le trafic international de stupéfiants », dit-il.

Manque d’enseignants à Dagana 

Les élèves de l’école élémentaire de Gawdil, un village de la commune de Ronkh, dans le département de Dagana (nord), n’étudient plus faute d’enseignant, a déploré le chef du chef dudit village et l’inspection de l’éducation et de la formation (IEF) de Dagana qui évoque un gel de l’établissement scolaire à cause de son faible effectif. « Cette école est fermée parce que nous n’avons pas d’enseignants. L’IEF de Dagana y avait envoyé un enseignant qui était ponctuel et assidu pour la première année, mais à cause des absences successives lors de l’année suivante, les enfants sont gagnés par le découragement », a expliqué le chef de village de Gawdil, Hamady Demba Bâ. Il a indiqué que les absences de l’enseignant ont poussé les habitants à réagir, car ne comprenant pas cette situation dans cet établissement ouvert depuis 2008 avec deux salles de classe. Il a rappelé que les populations du village s’organisaient pour assurer le transport de l’enseignant, afin de faciliter ses déplacements et maintenir les élèves en classe.  

Manque d’enseignants à Dagana (suite)

Le secrétaire général de l’IEF de Dagana, Mbaye Diakhaté, préfère parler de ”gel des activités” de l’école. « Je préfère parler de gel pour utiliser le terme approprié car, si dans un système éducatif il arrive un moment où il est mis fin peut-être à l’activité dans une école, on dit que l’école est gelée, et c’est le cas pour ce village », a-t-il précisé. Il signale avoir demandé au planificateur et au chargé des ressources humaines de l’IEF de l’édifier sur la question. Selon lui, « le constat est qu’au gré des déplacements des populations, l’enseignant se retrouvait avec des effectifs dérisoires, et parfois, sans effectif ». Il a rappelé que la circonscription de Dagana est la plus étendue parmi les académies de Saint-Louis.

Aussi a-t-elle toujours eu un problème de personnel avec des déficits qui ne sont pas conjoncturels mais structurels. « En général, dans un établissement, si un enseignant est sous utilisé, c’est-à-dire quand il n’a pas d’apprenants, l’autorité est chargée de faire un arbitrage par rapport aux ressources à sa disposition, car dans d’autres lieux, la demande est forte, et les attentes sont énormes. Et c’est ce qui a aujourd’hui causé ce gel au niveau de cette école”, a-t-il justifié. Il indique que ce gel est une suspension provisoire des activités de l’école, soulignant qu’il faudra attendre que la situation revienne à la normale. Pour ce faire, dit-il, la communauté, les parents doivent s’engager à accompagner l’école en enrôlant tous les enfants qui sont en âge d’être scolarisés.

Vérifier aussi

Diplomatie: Bassirou Diomaye Faye en visite en Gambie

Le Président de la République se rendra en Gambie, le samedi 20 avril 2024, apprend …