Top Infos
Top Infos

Top Infos Rewmi du 04/03/2024

Top Infos Rewmi du 04/03/2024: La gendarmerie traque les bandits …Un jeune poignardé mortellement à Kolda…Un sexagénaire retrouvé mort près de la bande de filaos de Saré Dao…170 personnes exécutées dans le nord du Burkina Faso…

 

Publicités

Un jeune poignardé mortellement à Kolda

Un jeune d’une vingtaine d’années a été poignardé à mort la nuit du samedi 02 au 03 mars. Il s’agit de Tidiane Bourama Mané qui a été atteint mortellement par coup de couteau au quartier Médina Chérif Sinthiang situé à la périphérie de Kolda. D’après, les témoins de la scène c’est une bataille rangée entre jeunes qui a tourné au vinaigre. Évacué à l’hôpital régional, il rendra l’âme. Actuellement, le corps sans vie de la victime est déposé à l’hôpital régional de Kolda. Une enquête a été ouverte pour élucider ce meurtre. C’est l’émoi en ces moments dans ce quartier.

Un saisonnier tue son employeur à Louga

Une affaire de meurtre secoue la commune de Leona située dans le département de Louga. En effet, le sieur Abou Ka, âgé de 52 ans cultivateur maraîcher, a perdu la vie dans des conditions suspectes au cours d’une altercation avec son saisonnier malien connu sous le nom de Ousseynou (28 ans). Les faits se sont déroulés dans le périmètre maraîcher du défunt. Le corps sans vie du défunt a été déposé à la morgue de l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye de Louga pour une éventuelle autopsie. Selon une source proche de cette affaire, aucune blessure encore moins de trace de violence n’a été constatée.Ce qui porte à croire que le défunt serait mort  d’une crise cardiaque  au cours de son altercation avec le saisonnier. En attendant de connaître les résultats de l’autopsie, le présumé meurtrier a été arrêté par la brigade de gendarmerie de Léona pour enquête.

La gendarmerie traque les bandits 

Face à la recrudescence des cas d’agressions, le Haut Commandement de la gendarmerie nationale a donné des instructions à l’ensemble de ses éléments pour lutter contre la délinquance et la criminalité dans le pays. Le Général Moussa Fall a recommandé la multiplication et l’intensification des opérations de sécurisation sur le territoire national. A cet effet, selon la Divcom, la Légion de gendarmerie de Dakar, commandée par le lieutenant-colonel Abdou Mbengue, a ratissé largement les coins et recoins de la capitale sénégalaise. La descente inopinée des gendarmes a permis de contrôler 306 personnes dont 236 étrangers. 47 parmi eux, dont 05 guinéens, 01 sierra-léonais ont été interpellés, d’après le lieutenant-colonel Ibrahima Ndiaye, chef de la Divcom.

La gendarmerie traque les bandits (Bis)

« Suite aux nombreuses agressions constatées ces derniers jours dans certains quartiers de Dakar, le haut commandement de la gendarmerie a instruit la multiplication et l’intensification des opérations de sécurisation dans la capitale et le reste du territoire national. A cet effet, des interpellations, des déguerpissements ainsi que des saisies sont effectués dans la période du 27 février au 02 mars 2024, par la légion de gendarmerie de Dakar notamment à Rufisque et dans les secteurs situés entre la vdn, l’ancienne piste de l’aéroport, les environs de la foire, les Almadies et la cité Ndoumbelane où se réfugiaient la quasi totalité des délinquants qui officient dans la capitale. Bilan des opérations: -306 personnes identifiées dont 236 étrangers 47 personnes interpellées dont 05 guinéens, 01 sierra-léonais. 78 baraques détruites -65 véhicules, 125 motos et 01 charrette immobilisés, 35 bonbonnes de gaz et 01 arme carabine mauser calibre 12 ont été également saisies », renseigne le porte-parole de la gendarmerie nationale. Les opérations de la gendarmerie se poursuivent sur le territoire national.

Un sexagénaire retrouvé mort près de la bande de filaos de Saré Dao

Un vieil  homme âgé de soixante ans environ a été retrouvé mort  près de la bande de  filaos de Saré Dao à quelques encablures du village de Lompoul dans le département de Louga. La découverte macabre a été faite par des passants qui ont été attirés par le corps sans vie d’un vieil homme allongé non loin de leur chemin. Sa dépouille a été déposée à la morgue de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga par les sapeurs-pompiers. Un avis de recherche est lancé par les autorités hospitalières de la capitale du Ndiambour pour retrouver la famille de la victime.

Un violent incendie emporte un enfant et brûle deux villages

Un violent incendie a fait un mort (bébé d’un an et demi de sexe masculin) dans la commune de Kéréwane du département de Médina Yoro Foula (Kolda). Ainsi, les flammes ont brûlé 5 concessions dans deux villages notamment à Saré Guiro (03) et Serigne Babou (02). Dans sa propagation furieuse, le feu a consumé tous les vivres en l’occurrence du riz, de l’arachide, des ruminants, entre autres. Actuellement, c’est la consternation dans ce village où les sinistrés n’ont plus rien aujourd’hui avec cet incendie qui s’est produit ce samedi 02 mars 2024. C’est pourquoi, le maire de la commune Boubacar Diallo, interpelle les autorités et les bonnes volontés pour venir en aide à ces populations.

170 personnes exécutées dans le nord du Burkina Faso

Environ 170 personnes » ont été « exécutées » il y a une semaine lors « d’attaques meurtrières massives » de trois villages dans le nord du Burkina Faso, a annoncé le procureur de Ouahigouya (Nord) dans un comuniqué publié dimanche. Le procureur, Aly Benjamin Coulibaly, écrit avoir été informé le 25 février d' »attaques meurtrières massives (qui) auraient été commises dans les villages de Komsilga, Nodin et Soroe » dans la province du Yatenga de la région du Nord.  » Les mêmes sources indiquaient que le bilan provisoire d’ensemble s’établissait à environ 170 personnes exécutées, outre les personnes blessées et les divers autres dégâts matériels connexes », ajoute le procureur.

170 personnes exécutées dans le nord du Burkina Faso (suite)

Il indique qu' »au regard de la gravité et de la circonstance de toutes ces dénonciations et informations, mon parquet instruisait ses services de police judiciaire d’ouvrir une enquête aux fins d’élucider les faits ». Il a lancé « un appel à toutes les personnes qui disposeraient d’éléments ou d’informations sur ces faits à les communiquer » au parquet et/ou à la police. Par ailleurs, a-t-il souligné, une équipe d’enquêteurs s’est rendue le 29 février dans les différents villages concernés aux fins de « procéder à toutes les constations et de recueillir tous les éléments de preuve ». Selon des habitants joints par l’AFP, des rescapés ont affirmé que des dizaines de femmes et d’enfants en bas âge, figurent parmi les victimes. Ces attaques de trois villages du nord sont distinctes de celles intervenues le même jour contre une mosquée à Natiaboani (est) et une église à Essakane-village (nord), qui avaient fait « des dizaines de morts », selon des sources sécuritaire et locales à l’AFP. Aucun bilan officiel n’a été donné concernant ces attaques. Le Burkina Faso est confronté depuis 2015 à des violences jihadistes attribuées à des mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique qui ont fait près de 20.000 morts et plus de deux millions de déplacés internes.

Vérifier aussi

Exposé pour une vente aux enchères: Le cri d’alarme des amis de Léopold Sédar Senghor contre la dispersion de sa bibliothèque

Ils se mobilisent pour que la bibliothèque du poète et ancien président du Sénégal ne …