Un avocat du cabinet de Kaba arrêté

Le cabinet du ministre des Forces armées, Me Sidiki Kaba, est éclaboussé par un gros scandale d’abus de confiance et d’escroquerie.

Me Souleymane Niang, avocat travaillant dans ledit cabinet a été traîné en justice pour un litige foncier portant sur 30 millions Fcfa.

Il a été arrêté hier par la Dic sur instruction du Procureur, en exécution d’une contrainte par corps.

L’affaire a été évoquée en audience publique, le mardi 31 décembre dernier, devant la barre de la Cour d’appel de Dakar.

Selon le litige découle d’une histoire qui a débuté en 2002, suite à un jugement d’hérédité du tribunal de grande instance de Thiès, ordonnant la liquidation et le partage, par le cabinet de Me Sidiki Kaba, de l’immeuble de feu Mamadou Mbacké Fall, décédé en 1971.

À en croire l’aîné de la famille, Aminata Fall, ses quatre frères et elle avaient convenu de vendre des biens laissés par leur défunt père. C’est ainsi qu’ils ont contacté le cabinet de Sidiki Kaba pur lui confier le dossier.

Les 30 millions ont été remis par la famille à l’acquéreur de la maison Mouhamadoul Amine Cissé, militaire en service au ministère de l’intérieur, demeurant à Thiès au quartier Som.

Ce dernier a remis l’argent à l’avocat Souleymane Niang, collaborateur de Kaba. Le chef de l’État, le ministre de la Justice et le Bâtonnier ont été saisis du dossier, mais l’affaire est restée jusqu’ici sans suite.

Pis, l’avocat Souleymane Niang, userait de menaces et d’intimidations contre Ciss qui a porté plainte devant le Bâtonnier. Joint par le journal, la robe noire n’a ni infirmé ni confirmé les accusations portées contre lui.

Check Also

Des examens psychologiques pour Diary

Diary Sow, en classe prépa au lycée parisien Louis-le-Grand, disparue volontairement a été finalement retrouvée …

3 comments

  1. Ces affaires de spoliations des biens consécutifs à des procédures successorale ou de divorce ne datent pas d’aujourd’hui et constituent la face la plus hideuse de notre justice. Comme si nous sommes en Sicile c’est l’omerta, personne n’en parle et aucun journaliste d’investigation digne de ce nom n’a le courage d’en parler. Des héritiers en souffrent, des hommes en cour de divorce voient leur patrimoine fondre comme du beurre et attribuer injustement à tort à leur ex conjointe. Regardez comment la dame de Diop de l’Iseg obtenu les papiers de leur maison litigieuse…….etc. Et pourtant cette même justice n’hésite pas à croiser le fer avec le pouvoir pour un désir d’indépendance qui doit commencer par un nettoiement des écuries d’augias.

  2. Maitre Souleymane Niang m’a été présenté par le clerc principal à Thies Diene à son domicile.
    Je lui ai remis un chèque de 250000 Francs il ne s’est pas présenté et j’ai été condamné.
    Il refuse de me rembourser et ma plainte au niveau du bâtonnier de Dakar est restée morte malgré mes appels, et déplacements.

  3. Merci M. BA. Vous mettez le doigt sur l’un des plus grands problèmes de notre pays. Moi, depuis 15 ans je cours derrière la liquidation de ma maison occupée par mon ex-épouse. Des situations du genre sont nombreuses et nous sommes tous victimes des retards incompréhensibles du traitement des dossiers judiciaires dans notre pays. Si en plus les avocats se mettent à détourner l’argent de leurs clients, où va-t-on ? Notre justice est tellement lente qu’on est en droit de se poser la question suivante: nos magistrats seraient ils des mandarins paresseux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rewmi

GRATUIT
VOIR