Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Verdict du procès sweet beauté: Le RFS s’insurge contre l’utilisation du corps de la femme à des fins politiques
Verdict du procès sweet beauté: Le RFS s’insurge contre l’utilisation du corps de la femme à des fins politiques

Verdict du procès sweet beauté: Le RFS s’insurge contre l’utilisation du corps de la femme à des fins politiques

Le réseau des féministes du Sénégal s’est fendu d’un communiqué hier pour faire une lecture du verdict du procès pour viol dite l’affaire sweet beauté qui opposait la masseuse Adji Sarr a l’opposant Ousmane Sonko. Le RFS dit être  troublées par ce verdict, qu’il juge ambigu  et que ce dernier vient porter un coup dur à la lutte pour les droits des femmes au Sénégal, tout particulièrement en ce qui concerne les acquis criminalisant le viol.

« Nous avons été troublées par ce verdict, que nous avons jugé ambigu et confus. Quel que soit l’angle de lecture, ce verdict vient porter un coup dur à la lutte pour les droits des femmes au Sénégal, tout particulièrement en ce qui concerne les acquis criminalisant le viol », lit ont dans le document reçu.

Publicités

A en croire au réseau des féministes senegal, le viol est répandu et banalisé dans le pays et les hommes qui en sont accusés s’en tirent presque toujours à bon compte, malgré des dizaines d’années de luttes des associations féminines, le viol était considéré comme un simple délit au Sénégal et la loi instaurant sa criminalisation a été promulguée en Janvier 2020, à la suite de plusieurs cas de viols suivis de meurtres. Selon ces dernières, l’hésitation à l’application de la loi et la fréquence des requalifications d’accusations de viol en délits démontrent à quel point nos tribunaux sont réticents à appliquer la récente loi criminalisant le viol.

La chasse aux féministes

Presque aphones sur ce sujet qui est leur principal combat, ces défenseurs des droits humaines en l’occurrence ceux des femmes ont décidé de briser le silence après le verdict  qui a secoué presque tout le pays avec des scènes de manifestations d’une rare violence dans une affaire pourtant privé au départ. Pour le RFS, « en utilisant cette affaire privée à des fins politiques, les deux camps, l’opposition comme le parti au pouvoir, se rejoignent sur un point : ils fragilisent la parole et le corps des femmes et accentuent leur asservissement dans une société foncièrement misogyne ». Ce verdict a renforcé la précarité des féministes qui ont soutenu la prise de parole de Adji Sarr. Aujourd’hui, la croire, c’est s’exposer à la lapidation et aux menaces. Durant les troubles du 1er et 2 juin 2023, des jeunes manifestants ont rudoyé une militante des droits des femmes. De même, des noms et des photos de plusieurs féministes sénégalaises ont été diffusés sur les réseaux sociaux, incitant à leur traque. Les féministes sont comme mises au ban de la nation, exclues pour avoir eu l’outrecuidance d’exercer un tant soit peu leur esprit critique en refusant de répondre à l’injonction au silence. Ce sont là des logiques de silenciation classiques auxquelles les féministes sont quotidiennement confrontées, aussi bien dans la sphère publique que privée. L’hostilité de l’espace public sénégalais aux discours et actions féministes est une réalité prégnante depuis plusieurs années. Le refus de la perte des privilèges masculins a installé un climat délétère.

« Le troisième mandat, port préjudice aux femmes et accentue leur vulnérabilité »

Dans la logique de ces défenseurs des droits de femmes, le pays tout entier est aujourd’hui pris en étau entre les caprices de deux hommes puissants. Et le mutisme du Président de la République sur la question du troisième mandat, porte préjudice aux femmes et accentue leur vulnérabilité, car cela a servi de prétexte à la politisation d’une affaire privée entre deux citoyens sénégalais. « Le corps d’Adji Sarr est ballotté entre les deux camps et il leur sert de punching-ball ». Au vue de tout le tournant de cette affaire qui engageait deux sénégalais qui a tournée en affaire publique et politique, et que pendant deux le pays tout entier en a souffert sur tous les plans, le réseau des féministes du Sénégal, souhaite, avoir un pays plus égalitaire où la paix, la justice et la dignité seront pour tous tes les citoyennes. 

Et compte tenu de l’ampleur de la crise que traverse le pays, ces défenseurs des droits de femmes demandent au Président de la République Macky Sall de s’adresser directement au peuple et de clarifier ses intentions quant au troisième mandat.

Rosita Mendy (Stagiaire)

Vérifier aussi

Mamadou Lamine GUEYE de « XALE YON » tire sur le régime: « On ne dirige pas un pays par des slogans »

La période de grâce pour Diomaye et Sonko est-elle arrivée à sa fin ?  Une question …