Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64

GO ! Après un coup fourré d’Idy, Lamine Ba l’original réapparait

A un moment de l’histoire, il y a eu deux Lamine Ba au Pds. Le premier, patron de l’entreprise Ndiambour « quelque chose », celui-là même qui avait fini ministre sous Wade, et le deuxième, plus jeune, qui a eu entre ses mains, le destin de la fédération nationale des cadres libéraux. Le gars doit être de Nioro si j’ai encore bonne mémoire, mais ici, parlons de l’autre, son aîné.

Publicités

Après avoir quitté les libéraux, tout le monde avait pensé que L. Ba numéro 1 avait rejoint Idrissa Seck, à Rewmi en qualité de secrétaire général, mais il n’en fut rien.

Laissons-le quand-même raconter son histoire, comme un grand? : « Ce qui s’est passé, c’est qu’en tant que président du Parti pour la liberté et la citoyenneté/And Defar Jikoyi (Plc/Dj), j’étais convenu avec Idrissa Seck une fusion entre le Plc/Dj et le Rewmi à l’occasion d’un congrès pour l’élection présidentielle de 2019 et qu’il soit porté à la tête du parti comme président et que moi, j’en sois le secrétaire général ». « Malheureusement, cela ne s’est pas présenté comme ça. Monsieur [Idrissa] Seck a attendu mon départ pour l’Allemagne pour prendre la décision de me nommer secrétaire général de son parti. Ne voulant pas le désavouer à l’époque, parce que ça allait créer beaucoup de dégâts, j’ai avalé la pilule en me disant que je vais attendre de le voir pour tirer tout au clair. Ce qui fait qu’en un moment, certains m’ont dit que j’étais un secrétaire général clandestin, fantôme.

Entre-temps, la présidentielle de 2019 est arrivée et j’étais sollicité à gauche et à droite en tant que secrétaire général et j’avoue que j’ai laissé faire. Ça m’a permis de beaucoup travailler à ses côtés, de lui créer une grande coalition en utilisant les réseaux dormants au sein du Pds, parce qu’il n’y avait pas de candidat libéral. C’est après tout cela qu’il est revenu pour dire qu’il me nomme 5e vice-président de son parti. Là j’ai dit que la coupe était pleine.

On ne peut pas être vice-président de l’Internationale libérale pendant toutes ces longues années et revenir être le 5e ou le 6e vice-président d’un parti. » Néanmoins, il m’a demandé de l’accompagner au niveau du Conseil économique social et environnemental, en tant que conseiller. La vérité est que je ne lui ai jamais rien conseillé parce que pendant tout le temps qu’il était là-bas, on n’avait même pas l’occasion de le faire. Après tout ça, j’ai décidé de reprendre ma liberté sans endommager sa marche vers là où il veut aller. » Bref…Avec ça, qui ose dire que la vision de Ndamal Kadior s’arrête à Thiès -Kayes ?

Sebé

Vérifier aussi

Le Tàkkusaanu Ndar dans les années 1940.

Peut-être que les plus anciens Ndar-Ndar se souviendront de ces dimanches après-midi d’antan, quand, après …