Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
tribunal kolda

Le faux prophète, qui avait violé une mineure, risque 10 ans de prison

Le faux prophète Daouda Bâ alias Mbacké-Rouhou risque 10 ans de réclusion criminelle

Publicités

C’est une histoire de viol, de pédophilie, de détournement ou d’enlèvement de mineure par fraude, de séquestration, d’association de malfaiteurs vieille de 3 ans qui a été jugée, hier lundi 1er juillet ; par la Chambre criminelle de Kolda. Une affaire qui impliquait le fameux faux prophète Daouda Bâ alias Mbacké-Rouhou de Saré Ngagne. Les faits remontent au 14 janvier 2021 selon L’OBS.

Ce jour-là, rapporte L’OBSERVATEUR, la gendarmerie a fait une descente dans cette commune à la suite d’une information largement partagée dans les réseaux sociaux et faisant état de mariages de mineures qui sont célébrés à Saré Ngagne (commune de Bourouco, département de Médina Yoro Foulah), par une secte religieuse. L’enquête enclenchée révèle que des membres de cette nouvelle secte religieuse dont les adeptes accomplissent leurs prières en langue Peulh, célèbrent des mariages avec des filles mineures. Parmi elles, la nommée Hawa Mahany Diallo, âgée à l’époque de moins de 13 ans.

Entendue sur un procès-verbal d’enquête, la dame Mahany Diallo, mère de la victime, soutient qu’elle et sa fillette subissaient les assauts sexuels du guide religieux de Saré Ngagne. Elle précise qu’elle et son époux étaient au courant des mauvais agissements du marabout, mais ils avaient peur des représailles. Le guide religieux était peint comme un détenteur de pouvoirs mystiques et vu par ses disciples comme un messager d’Allah. Devant la Chambre criminelle, la maman de la victime précise qu’elle avait répondu à l’appel du marabout et fait allégeance afin d’embrasser sa nouvelle religion dénommée «Jam-Jam Parra» (le livre d’une tranquillité). A Saré Ngagne, les enseignements de la nouvelle secte religieuse étaient dispensés séparément. Il y a le quartier des hommes où on y trouvait 12 gamins.

Le frère du guide spirituel, Mohamed Bâ alias Khoumayrou Mbacké, et ses deux talibés Aliou Badara Sané et Biram Diallo y dispensent des cours. Au quartier des femmes, on y trouve aussi 13 fillettes, sa première épouse dénommée Néné Malado, «la mère vénérée», assurait les enseignements. Ainsi, elle quittait souvent son village Saré Daouda, distant de moins d’un kilomètre, pour suivre les enseignements religieux de leur guide spirituel en compagnie de sa petite fille. Elle a, par la suite, décidé de quitter, mais sa fille qui semblait être hypnotisée, s’était échappée pour revenir à Saré Ngagne, car étant convaincue du discours du marabout. Interrogée à son tour, la petite fille déclare qu’elle a rejoint la secte religieuse de son propre gré. Si, dans un premier temps, la petite Hawa Mahany Diallo avait soutenu n’avoir jamais eu de rapports sexuels avec son guide religieux, elle a été confondue par le certificat médical dont les résultats de l’examen médical du médecin gynécologue a révélée l’existence d’une déchirure ancienne de l’hymen. Face au Juge d’instruction, elle déclare avoir eu un rapport sexuel avec le marabout.

A la barre de la Chambre criminelle hier, la victime Hawa Mahany Diallo s’est présentée dans la salle d’audience avec sa petite fille, un nourrisson âgé d’environ un an. Elle soutient qu’elle avait des rapports sexuels réguliers avec le marabout au même titre que ses deux épouses qui étaient même au courant de sa relation avec leur mari, mais qu’elles ne pouvaient piper mot. Des allégations que l’accusé a niées tout au long du procès. Le faux prophète, Daouda Bâ alias Mbacké-Rouhou de Saré Ngagne parle d’un complot orchestré par les gens pour le mettre en mal avec les autorités, car il incarne une nouvelle vision d’une nouvelle religion avec de nouvelles écritures et accomplissait les prières en langue Ful-Fuldé (Peulh). Mais, il n’a jamais touché à cette fille. A la question de savoir s’il avait une intention de l’épouser, le guide spirituel de Saré Ngagne répond qu’à l’époque, elle n’était qu’une petite fille. Mais, il y avait deux autres petites filles qui étaient ses talibés à l’image d’Hawa Mahany Diallo, qu’il projetait de donner en mariage à ses deux assistants talibés, Aliou Badara Sané et Biram Diallo. Or, son frère Mohamed Bâ alias Khoumayrou Mbacké avait avancé à l’enquête préliminaire que ses deux mariages étaient scellés, mais pas consommés.

Dans son réquisitoire, le procureur de la République a demandé à la Chambre criminelle de retenir les charges de viol, pédophilie, détournement ou de séquestration pour la répression. Il a requis 10 ans de réclusion criminelle. L’avocat de la défense a sollicité l’acquittement de son client au bénéfice du doute. Délibéré le 8 juillet prochain.

Vérifier aussi

Affaire de tricherie au Bac Quatre nouveaux bacheliers sous les verrous apres

Triche au Bac : 4 nouveaux bacheliers, dont la major, arrêtés

Les arrestations se poursuivent concernant le partage électronique des épreuves du Baccalauréat entre les candidats. …