Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Ministère de l'Intérieur: 79 agents décorés dont 17 de l’ordre national du mérite
Ministère de l'Intérieur: 79 agents décorés dont 17 de l’ordre national du mérite

Mort d’une Jeune fille à Ngor: La version du ministre de l’intérieur rejetée

Le ministère de l’Intérieur apporte des précisions suite à la mort d’une fille mardi, lors des échauffourées à Ngor, un quartier populeux de Dakar. Les services d’Antoine Felix Diome informent, via un communiqué, que le corps sans vie de la victime a été découvert derrière l’hôtel Ngor Diarama.

Ce mardi, les affrontements ont été  particulièrement dures entre les manifestants à Ngor et les forces de l’ordre. Il a été rapporté qu’une fille y a perdu la vie. Dans ce communiqué de presse parvenu à notre rédaction le ministère de l’Intérieur a donné sa version. ‘’Il s’agit d’une jeune fille âgé environ de 15 ans et présentant une blessure à la tête », a renseigné le ministre Antoine Felix Diome. Pour être plus précis le ministre de l’intérieur a indiqué qu’elle a été ramenée sur la plage par les vagues et aurait été mortellement touchée dans l’eau, probablement par l’hélice d’une pirogue.  

Publicités

Une thèse que les riverains rejettent et de même que Birahim Seck Forum Civil, selon qui le communiqué du ministre n’est pas convainquant. Pour le coordinateur du Forum Civil, le communiqué du ministère de l’intérieur sur la découverte du corps sans vie d’une jeune fille sur la plage de Ngor est loin d’être persuasif. Dans un tweet, Birahim Seck s’est adressé à  la tutelle.  » Monsieur le Ministre de l’intérieur Antoine Félix Diome, ce communiqué est loin d’être convaincant », a-t-il soutenu.

De leur côté, très en colère et en même temps déçus, les jeunes Ngorois ont en prier lieu déchiré le communiqué de Antoine Felix Diome qui faisait état de la découverte d’un corps sans vie, une adolescente âgée d’environ 15 ans, présentant une blessure à la tête, et qui aurait été mortellement touchée dans l’eau, probablement par l’hélice d’une pirogue. “Le ministre de l’Intérieur ne vous a pas donné les bonnes informations. La fille dont il parle a été tuée par balle réelle. Les forces de l’ordre l’ont sorti de l’eau, torturée jusqu’à ce qu’elle succombe. Un autre mort a été retrouvé à l’intérieur de l’hôtel’’, ont-ils soutenu.

Pour ce qui est de l’audience du président Macky Sall avec certains notables, ces jeunes dits niet à tout résultat sortant de cette rencontre. “On doit faire face. Ce que nous réclamons c’est qu’ils nous rendent notre espace. Ils nous ont déjà pris le site de l’aéroport. Nous n’accepterons plus qu’on nous impose quoi que ce soit. Nos dirigeants ont été reçus en audience par le président de la République, (Macky Sall). Ils nous ont fait savoir qu’ils feront un partage équitable, c’est-à-dire du 50-50. 3000 m2 pour la gendarmerie et 3000 m2 pour les Ngorois. On dit non. Nous ne sommes pas d’accord pour ça. Que nos autorités le sachent, nous ne sommes pas contents d’elles. Que le président de la République le sache aussi. Les forces de l’Ordre doivent dégager. Elles torturent la population ngoroise. Nous sommes prêts à résister”, ont-ils fustigé.

Revenant sur la journée du mardi  l’attitude des gendarmes a été déplorée. Tout le village Ngor a été barricadé, des grenades lacrymogènes lancés de partout certains même ont dit que des balle réelles ont été tirées plus précisément, un théâtre d’une véritable bataille rangée et de courses-poursuites tout azimut,  personne n’en pouvait sortir ni entrer. Selon toujours nos sources, dans certaines maisons les femmes n’ont pu faire la cuisine parce qu’elles n’ont pas pu aller au marché. 

Et il faut préciser que le constat fait ce mercredi est que tout est revenu à la normale. Mais sur place, les traces des débris de grenades lacrymogènes qui ont été lancés par les forces de sécurité et les bombardements de pierres, les pneus brûlés dans les rues sont toujours visibles. Et de rappeler aussi que deux (2) personnes ont perdu la vie dans ces affrontements. Une affaire de foncier est à l’origine du conflit.

MADA NDIAYE  

Vérifier aussi

Mamadou Lamine GUEYE de « XALE YON » tire sur le régime: « On ne dirige pas un pays par des slogans »

La période de grâce pour Diomaye et Sonko est-elle arrivée à sa fin ?  Une question …