Macky Sall
Macky Sall

Non Candidature du Président en exercice: « Macky Sall, l’incarnation du code d’honneur », Pape Thiam

Le Président du mouvement « Diourbel d’abord » a magnifié la décision du président Macky Sall du 3 juillet dernier qui a décidé de ne pas faire un troisième mandat. Selon Pape Thiam, Macky Sall est l’incarnation du code d’honneur.

De la vision d’un Sénégal émergent en 2035 dans une société solidaire et un Etat de droit, portée par un homme d’Etat digne et respectueux des valeurs républicaines.« Nul ne peut… » a failli ébouillanter les esprits mais en fin de compte. Selon l’inspecteur des impôts et domaines c’est le Nul ne peut qui a créé la totalité des polémiques dans le pays que sont :

Publicités

« – Faire une croix sur le respect de la parole donnée dans une société en déperdition des valeurs où ses prédécesseurs ont foulé la règle de droit et forcé une candidature illégale et immorale comme une gifle à la figure du peuple sénégalais. Il laissera derrière lui un Sénégal reconnaissant non seulement pour les belles réalisations mais pour son sens de responsabilité, de dignité et de courage. Lui, considérant le Sénégal comme un projet qui le dépasse, se déclarant être à la disposition du futur Président a plus d’une fois montré un exemple de grandeur hors pair. Ses poses de premières pierres, son encre indélébile d’homme de conviction, de paix, d’envi de mieux faire. De ses ambitions, de ses rêves, figure une partie de lui-même monument de la démocratie et jurisprudence de la limitation des mandats. Son souci : « faire mieux que ces prédécesseurs » réussi d’une belle endurance, dans la confidentialité et la sérénité;

– Ignorer que son Excellence a embelli le Sénégal d’infrastructures modernes dans l’élan du plan Sénégal émergent avec comme point de départ 9865 milliards dont 1111 milliards pour le partenariat public privé. La liste est longue, le train express régional, le BRT, les universités, les ponts et autoroutes pour desservir toutes les localités, la réhabilitation du chemin de fer, les années sans délestage, loin de la galère du temps de Mademba Sock.
– Ignorer le relèvement du taux de croissance, l’augmentation des salaires de la fonction publique, leur paiement effectif avant la fin du mois, les subventions de secteurs névralgiques, le soutien aux couches vulnérables en période de crise et la maitrise de celle-ci d’une prise en main hors pair.
– Fermer les yeux sur le règlement du conflit en Casamance, l’intervention spectaculaire de nos forces de défense en Gambie, le maintien de l’ordre lors des émeutes perpétrés par des scélérats fougueux, narcissiques, immatures pseudo politiciens pressés dans leurs ambitions démesurées d’accéder au trône par la manipulation, les invectives, les saccages des édifices publiques et privées.
Honte à ceux qui brulent pendant que Sénégal brule, honte à ceux qui saccagent pendant que le dialogue pour la paix se tient par le peuple et pour le peuple.

– La seule chose qu’il faut retenir c’est qu’on ne cherche pas le pouvoir pour demeurer dans une case en paille, en effet, la course c’est vers le palais. La politique est ce qu’elle est, la réalité est que les annexions les plus ambitieuses sont pour les territoires les plus vastes et dorés de trésor », telle est la pensée du président de « Diourbel d’abord ».

MADA NDIAYE

Vérifier aussi

GO: Birame Souleymane, tel quel !

Les sénégalais ont réellement découvert ce cadre de Pastef, il y a deux ans  ou …