Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
PAPE OGO SECK
PAPE OGO SECK

PAPE OGO SECK PDT de l’association des Juristes Africains: « Quand la justice va mal tout va mal »

Avec le procès Adji Sarr- Ousmane Sonko, tous les yeux sont braqués sur dame justice. Un procès  source de tensions. Dès lors, nombreux sont ceux qui ont critiqué la justice sénégalaise.  Pour Pape Ogo Seck, elle est un pilier essentiel.

Avec ce procès Adji Sarr Ousmane Sonko, peut-craindre le pire ? C’est la question posée à Pape Ogo Seck Président  de l’Association des juristes africains. A quelques mois de la présidentielle,  il répond par un oui et non. « Il existe des tensions dans des pays certes mais il a l’espoir que des solutions seront vite trouvées et la violence conjurée ». Mais dit-il « il faut dialoguer et discuter car il faut éviter la violence. La façon de communiquer des sénégalais c’est le dialogue légué par Senghor et Diouf. »

Publicités

 Dans un contexte de tensions politiques  Pape Ogo note que les conditions sont réunies  car « c’est le pouvoir qui détient la légitimité et avec cette possibilité de redéfinir les conclusions. » « Tout dépend du pouvoir qui doit chercher la paix. Mais pas le contraire car la violence aussi risque de ne pas apaiser la tension et tous les acteurs politiques devraient se réunir et trouver un juste milieu. Il faut aussi les intégrer le cercle maraboutique,  traditionnel et les gens de la société civile pour régler cette situation en vue de trouver une solution pacifique », argue le Président de l’Association des juristes africains. 

La question de la jeunesse et de la justice devraient être au centre des débats car il faut trouver un consensus sur ces deux éléments de même que sur le code électoral car c’est une tradition légués par Abdou Diouf qui l’a toujours respecté. Un exercice donné, car la politique suppose le respect de ses engagements. Avec Sonko qui refuse  de se présenter et des militants en prison, Pape Ogo indique qu’il faut savoir les raisons de ce refus. « Pourquoi refuser le  dialogue ? C’est une question aussi. Les garantis c’est l’autorité de la justice donc il y a un manque de confiance qui règne à l’endroit de la justice et donc il faut un consensus fort sur cette question et la moderniser. Des recommandations dont 55 avaient été faites mais en vain car l’indépendance de la justice est un problème », peste Pape O. Seck. 

Avec le dialogue qui sera lancé le 30 mai il sera question de la participation des candidats à la présidentielle de 2024. Pour lui la justice fait son travail et les juges sont des techniciens du droit et l’exercent en toute indépendance. « Il existe  des questions en instance et doivent être discutées et trouver la stabilité dans ce pays. Le juge facilite juste mais le rôle est important », a-t-il conclut.

MOMAR CISSE

Vérifier aussi

Coopération Internationale: Ousmane Sonko a reçu en audience 04 ambassadeurs

 Le Premier ministre a reçu en audience les ambassadeurs au Sénégal de la Chine, des …