Ratification du traite d'Interdiction de l'Utilisation de l'Arme Nucléaire par le Sénégal:
Ratification du traite d'Interdiction de l'Utilisation de l'Arme Nucléaire par le Sénégal:

Ratification du traite d’Interdiction de l’Utilisation de l’Arme Nucléaire par le Sénégal: Le RAJA/S invite la société civile à porter le combat

Réuni dans un restaurant de la place ce samedi 15 avril, le Réseau des Anciens Jécistes d’Afrique/Sénégal veut faire porter à la société civile le combat auprès des autorités étatiques pour la ratification du traité d’interdiction de l’utilisation de l’arme nucléaire dans le monde. Les membres dudit réseau estiment que le Sénégal a un rôle prépondérant à jouer pour le maintien de la paix et de la stabilité dans le monde.

L’universalisation du traité d’interdiction de l’utilisation de l’arme nucléaire doit être le combat de tous et le Sénégal ne doit pas être en reste. C’est l’avis du Réseau des Anciens Jécistes d’Afrique/Sénégal qui, avec les organisations de la société civile, veut faire le plaidoyer auprès des autorités. En effet, selon les membres du réseau, les armes nucléaires sont aux antipodes des préoccupations des Africains, mais cela ne doit pas être le cas, car ils estiment que l’uranium qui sert à fabriquer ces armes nucléaires provient en grande partie d’Afrique et que les Africains doivent désormais s’intéresser à ces armes nucléaires. Ainsi, la paix et la stabilité dans le monde doivent obliger d’après eux, les États du monde notamment en Afrique, à vulgariser ce traité qui interdit l’usage de l’arme nucléaire. C’est ainsi que le RAJA/S exhorte la société civile sénégalaise à descendre sur le terrain pour expliquer aux populations sénégalaises les tenants et les aboutissants de ces armes nucléaires qui restent une menace pour la stabilité dans le monde.

Publicités

À cet effet, Dénis Ndour, président du Réseau des Anciens Jécistes d’Afrique/Sénégal, a annoncé une rencontre avec les parlementaires pour leur expliquer les raisons pour lesquelles le Sénégal doit ratifier le traité d’interdiction de l’arme nucléaire dans le monde. Mais également, une rencontre avec le Ministère des Affaires Etrangères n’est pas à écarter, selon Dénis Ndour. Venu assister au forum, Bakary Samb, enseignant-chercheur à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, estime que la société civile sénégalaise ne s’investit pas assez dans la sensibilisation des masses.

Selon lui, il faut nécessairement investir dans la résilience des communautés et que la société civile ne doit pas rater son rôle d’encadrement et d’éducation. Ainsi, dans un contexte de tensions politiques et sociales, le RAJA/S et les organisations de la société civile doivent se mobiliser pour encourager les gouvernements africains à signer et ratifier le traité d’interdiction de l’utilisation de l’arme nucléaire. C’est pourquoi d’ailleurs, les membres du réseau se ont comme mission l’universalisation du traité en passant par les réseaux sociaux mais également par un travail de terrain pour, disent-ils, influencer les gouvernements à s’intéresser davantage à ce traité qui interdit l’usage de l’arme nucléaire.

Vérifier aussi

WhatsApp : de nouvelles fonctionnalités

WhatsApp se dote d’une fonctionnalité permettant d’échanger des photos en haute définition. À travers cette …