Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Top Infos Rewmi du 01 03 2023
Top Infos Rewmi du 01 03 2023

Top Infos Rewmi du 14 08 2023

Top Infos Rewmi du 14 08 2023: Le corps d’un migrant sénégalais retrouvé sur la plage d’Oaxaca…Aly Ngouille Ndiaye fait le portrait robot du candidat de Benno…9 dépouilles de migrants sénégalais au Maroc, en attente d’être rapatriées…Coup d’Etat au Niger (Bis)….

 

Publicités

9 dépouilles de migrants sénégalais au Maroc, en attente d’être rapatriées

Neuf dépouilles de migrants sénégalais sont actuellement dans la morgue d’une structure hospitalière au Maroc en attendant la fin des formalités de rapatriement. « Il s’agit de neuf corps de passagers de pirogues en provenance de Mbour, Fass Boye et Saint Louis. Les dépouilles sont actuellement à la morgue dans un hôpital du Maroc », a expliqué la même source dans une note transmise. La source a signalé que ‘’la majeure partie des parents de ces victimes de l’émigration irrégulière, ont été informés par les services consulaires’’. Le Consulat général du Sénégal à Dakhla, en relation avec les autorités marocaines compétentes, s’attelle à assurer leur rapatriement dans les meilleurs délais’’, a assuré la même source.

134 migrants sénégalais évitent le pire au large du Maroc

Au total, 134 migrants sénégalais ont été secourus samedi dans la soirée par la marine royale marocaine alors que leur embarcation dérivait dans les eaux territoriales du royaume chérifien. Parmi ces candidats à l’émigration secourus par les garde-côtes marocains, figurent trois malades qui ont évacués et pris en charge au centre hospitalier de Dakhla, a indiqué notre source. La pirogue à bord de laquelle ils projetaient de rallier l’Espagne avait quitté Fass-Boye, une localité de la région de Thiès, d’après leurs témoignages. Ces nouvelles arrivées portent à 347 le nombre de citoyens sénégalais qui attendent d’être rapatriés de la localité de Dakhla. Une trentaine de malades et de blessés en observation à l’hôpital sont dans ce lot. Samedi, dans la matinée, les opérations de rapatriement se sont poursuivies avec le départ de Dakhla d’un groupe de 208 migrants sénégalais en direction de Rosso (Saint-Louis, nord). Ces 208 Sénégalais, candidats à l’émigration irrégulière, étaient en instance de rapatriement à Dakhla depuis les 28 juillet. ‘’Ils ont effectivement quitté le Maroc ce matin (samedi) pour rentrer au Sénégal, a expliqué la même source. « Les 2 pirogues dans lesquelles ils voyageaient en direction de l’Espagne, secourues par la marine royale marocaine, avaient pris le départ respectivement de Fass Boye et de Mbour », a-t-elle renseigné.

Le corps d’un migrant sénégalais retrouvé sur la plage d’Oaxaca

Le corps d’un migrant sénégalais a été retrouvé sur la plage d’Oaxaca. Il était à bord d’une embarcation qui transportait 27 migrants dont 17 d’origine sénégalaise. Malheureusement, leur bateau a disparu, et jusqu’à présent, on ne sait pas où il se trouve, sauf le corps d’un migrant sénégalais qui a été retrouvé à Ixhuatán. Cependant, le personnel de l’Institut national des migrations et du Semar continue de rechercher en eau libre ledit bateau. Pour sa part, Abdoulaye Diop, le consul de la République du Sénégal au Mexique, a confirmé que la dépouille correspond à l’un de ses compatriotes, qui a probablement voyagé dans le groupe de migrants dans la petite embarcation qui a coulé il y a une semaine en voulant se rendre à Juchitán de Zaragoza, sur l’isthme. Le corps du migrant sénégalais est présentement en attente de rapatriement vers le Sénégal, a confirmé le Bureau du procureur général d’Oaxaca (FGE)…

Jean Paul Dias juge «excessive» la dissolution du Pastef

L’Envoyé spécial du Président de la République, et membre de la coalition présidentielle, Jean Paul Dias a jugé «excessive» la dissolution du Pastef, parti de l’opposant Ousmane Sonko, placé sous mandat de dépôt depuis le 31 juillet. « La dissolution du Pastef est excessive. Je pense que c’est la dernière ligne. Y compris l’emprisonnement de Ousmane Sonko. C’est trop par rapport à ce qu’on lui reproche», a déclaré Jean Paul Dias, qui a appelé les magistrats à libérer les « détenus politiques ». Le père du maire de Dakar, Barthélémy Dias, était l’invité de Grand jury.

Le maire de Thiaroye-sur-mer édifié ce lundi

Cueilli jeudi dernier sur instruction du Procureur général, Me El Mamadou Ndiaye a bénéficié d’un retour de parquet vendredi. L’avocat à la Cour et responsable de Taxawu Senegaal élu maire de Thiaroye sur mer sous la bannière de Yewwi Askan Wi (Yaw) sera édifié sur son sort ce lundi.  S’agissant des faits, le mis en cause déjà suspendu par l’Ordre des avocats, est cité dans une vaste escroquerie sur des faux baux en centre-ville dans le cadre de laquelle le Pdg d’Odis group, Oumar Sow, a été déjà envoyé en prison. Les fonds en cause tournent autour de 3 milliards de francs Cfa. Me El Mamadou Ndiaye aurait empoché 800 millions de francs Cfa, estime le journal, précisant que le mis en cause a présenté cette somme comme “ses honoraires”.

Aly Ngouille Ndiaye fait le portrait robot du candidat de Benno

Au-delà de la légitimité historique, ce qui importe le plus, selon Aly Ngouille Ndiaye, dressant le profil du candidat idéal que doit désigner le Président Macky Sall, c’est le projet politique. Le ministre de l’Agriculture et maire de Linguère l’a fait savoir devant le JDD, ce dimanche 13 août. Il explique : « Légitimité historique au niveau du parti, on peut le dire. Mais, ce qui est le plus important, à mon niveau, c’est avoir quelqu’un qui peut avoir cette légitimité mais surtout faire de sorte qu’il ait beaucoup de monde autour de lui.”
Aly Ngouille Ndiaye de poursuivre : “Parce que ceux qui votent dépassent l’Apr, dépassent la coalition. C’est le peuple sénégalais qui vote. Il faut que les Sénégalais approuvent le projet qu’il porte pour voter pour lui. C’est ça le plus important.” Il ajoute d’autres critères : “Il doit être politique, c’est important. Il doit pouvoir rassembler dans le parti et en dehors du parti. Je pense que c’est cela qui est important si nous voulons gagner”.

Coup d’Etat au Niger

C’est une révélation du média numérique panafricain, Confidentiel Afrique. Au sein de la junte que dirige le général Tchiani Abdourahamane, un climat de méfiance commence à s’installer parmi ses membres. Une ligne de friction se précise sur fond de fortes divergences et un saut vers l’inconnu devant l’imminente intervention militaire de la CEDEAO au Niger pour rétablir le Président Bazoum Mohamed, séquestré depuis le 26 juillet dernier. À peine le gouvernement formé composé de 20 ministres, remorqué par l’économiste, ex-ministre des Finances et haut-fonctionnaire de la Banque africaine de développement Mahaman Lamine Zein, l’appareil sécuritaire brûle sur de grosses fritures. Selon des sources bien informées parvenues à Confidentiel Afrique, cette ambiance tendue s’expliquerait dans la tournure de cette crise politico-militaire nigérienne qu’arbitre l’instance politique communautaire CEDEAO depuis les premiers jours du putsch le 26 juillet dernier, qui a destitué le Président Bazoum élu démocratiquement, à la suite d’un deuxième tour présidentiel, le 21 février 2021.

Coup d’Etat au Niger (Bis)

Après plusieurs jours de flottement sur fond d’intenses pourparlers via des officines diplomatiques et de coups de fils intervenus la semaine dernière entre les Présidents Macky Sall, Umaru Sissoko Embalo, Tinubu Bola, Patrice Talon, le raout des Chefs d’État de la CEDEAO de ce jeudi à Abuja, va-t-il électrocuter le siège du général Tchiani Abdourahamane avec l’activation de la force militaire d’attente ? Le ton ferme n’a pas varié pour rétablir dans ses fonctions le Président Bazoum chez la quasi-totalité des Chefs d’État, excepté Patrice Talon et l’homme fort de Lomé, Faure Eyadéma, glissent nos sources. Même si les contours et l’agenda de l’intervention militaire de la CEDEAO à Niamey pour remettre sur son fauteuil le Président Bazouum Mohamed ne sont pas dévoilés, la junte militaire au pouvoir joue les prolongations. Face à cette menace, deux acteurs clés dont nous préférons taire les noms au sein de la junte sont à pied d’œuvre pour élaborer un plan B. Selon des informations de Confidentiel Afrique, ces deux officiers, conscients des risques que représente l’intervention de la CEDEAO, sont engagés dans une activité frénétique visant à mettre en place des mesures alternatives pour rétablir l’ordre constitutionnel.

Vérifier aussi

222EZA 800x445 1

Processus de renégociation des contrats : Le président Diomaye Faye annule un accord de 459 milliards de FCFA.

Le gouvernement sénégalais a annoncé l’annulation d’un contrat de 700 millions d’euros signé il y …