Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Lundi et mardi: 48 heures décisives pour Sonko 
Lundi et mardi: 48 heures décisives pour Sonko 

Participation ou non à la Présidentielle: La date du 17 novembre, déterminante pour Ousmane Sonko

Jusqu’ici, la participation de Ousmane Sonko à l’élection présidentielle reste incertaine. Auteur d’une kyrielle de recours devant les tribunaux sénégalais, la Cour suprême du pays et la Cour de Justice de la Cedeao, le leader politique, actuellement en détention, reste suspendu aux décisions subséquentes. 

Toutes les décisions sont attendues le 17 novembre. C’est à cette date en effet que la Cour de Justice de la Cedeao va vider le contentieux opposant Sonko à l’Etat du Sénégal aussi bien sur la dissolution du parti Pastef et que sur sa radiation des listes électorales. 

Publicités

Le même jour, la Chambre administrative de la Cour suprême devra également examiner le contentieux sur la radiation de Sonko pour laquelle le Tribunal de Ziguinchor a déjà pris une décision.  La Cour peut confirmer ou infirmer la décision. Auquel cas, elle devra la rejuger en appel parce qu’il s’agit d’une matière électorale où l’urgence recommande une telle démarche, d’après certains spécialistes.  Mais là, le verdict pourrait être connu des jours après. L’affaire pouvant aussi être mise en délibéré. 

Une situation qui, en tout état de cause, crée une forme de panique dans les rangs des partisans du leader politique où le sentiment d’urgence fait que l’on souhaite que tout cela prenne fin et rapidement en leur faveur.  En effet, le parrainage prend fin ce 11 décembre, c’est-à-dire dans moins d’un mois, le 17 novembre. Sonko et ses camarades sont encore suspendus à des décisions de justice qui ne sont pas encore tombées. Pis, ils ne sont même pas sûrs que les autorités étatiques iront dans le sens de les appliquer. Le refus a déjà été observé aussi bien pour ce qui concerne les décisions de la Cedeao que pour ce qui concerne celles de la justice sénégalaise.  C’est pourquoi ils sont dubitatifs même si le constitutionnaliste Ngouda Mboup reste convaincu que si le droit est dit et rien que le droit, Sonko va participer à l’élection présidentielle. 

D’ailleurs, le mandataire de ce dernier attend de rencontrer le Président de la Cena Doudou Ndir, le nouveau n’ayant pas encore pris fonction.  On bouge et on s’agite comme on peut pour sauver la tête de Sonko. Rien n’est laissé au hasard parce qu’au finish, il n’aura même pas besoin du parrainage citoyen pour participer à la présidentielle.  Il a suffisamment de députés et d’élus pour se contenter du parrainage des élus.  C’est fort de cette conviction que ses proches comptent sur les juridictions saisies afin que le droit soit dit en leur faveur. 

Toutefois, avec ce qui s’est passé à la DGE et à la Cena avec le limogeage du bureau, il va de soi que la participation de Sonko à la présidentielle reste peu probable.  Avec le ‘’gatsa-gatsa’’ en vogue dans le landerneau politique, la violation des textes et la non-application des décisions de droit n’étonnent plus. 

On parle beaucoup dans le milieu universitaire de ‘’recul démocratique’’ et si cette tendance se poursuivait, Sonko devra revoir ses ambitions à la baisse.  Ce qui serait dommage. Car, l’arbitrage de la Justice devrait suffire seule à dicter la conduite à tenir. La seule qui est acceptable. 

Assane Samb

Vérifier aussi

CHRONIQUE DU LUNDI: Renouer au plus vite avec l’éducation 

À la lumière des professions de foi des nouvelles autorités de notre pays, de l’optimisme …