Uploader By Gse7en
Linux rewmi 5.15.0-94-generic #104-Ubuntu SMP Tue Jan 9 15:25:40 UTC 2024 x86_64
Inondation à Keur Massar
Inondation à Keur Massar: Couacs autour de la phase d’urgence

Mettre fin aux problèmes de l’assainissement en Banlieue: Des acteurs conjuguent leurs forces

Plusieurs quartiers de la banlieue sont confrontés à de réels problèmes d’assainissement. C’est ce qui fait que des acteurs se sont levés pour s’engager dans le combat. Plusieurs communes ont été ciblées pour le déroulement de différentes activités de sensibilisation à l’endroit des populations. Une initiative qui a été porté par l’ONG Bip en collaboration avec des partenaires mais qui sera également pilotée par des délégués de quartiers.

La première activité avait été tenue à Guédiawaye, dans la commune de Wakhinan Nimzath où les délégués de quartiers et qui étaient présents ont salué l’engagement des acteurs qui usent de leurs forces pour mettre fin aux problèmes liés à l’assainissement. La préservation des ouvrages était la question centrale qui avait été abordée. Selon Djibril Badiane, coordonnateur de l’Ong Ibp, « les facteurs contribuant aux inondations sont multiples, notamment le changement climatique qui provoque une augmentation des précipitations. En outre, M. Badiane souligne que de nombreux ouvrages d’assainissement sont mal entretenus, en particulier dans les zones les plus touchées. Les canalisations sont souvent obstruées par des déchets, ce qui aggrave la situation.

Publicités

Les ouvrages sont également vandalisés, et les branchements anarchiques compliquent davantage la gestion des eaux pluviales. Tous ces facteurs cumulés, associés aux inondations hivernales, éprouvent énormément les populations ». Face à cette problématique, des acteurs engagés dans les politiques publiques se mobilisent depuis maintenant quatre ans pour accompagner l’État dans la mise en œuvre de projets d’assainissement et de gestion des inondations en banlieue. Leur action vise également à soutenir les populations locales dans le développement d’initiatives de résilience. Selon toujours notre interlocuteur, « l’événement qui a été organisé montre que les délégués des quartiers jouent un rôle crucial en tant qu’intermédiaires entre la population et les autorités. Ces délégués, regroupés au sein d’une union départementale, se sont donné pour mission de sensibiliser les habitants à la préservation des ouvrages d’assainissement. Il est essentiel que chacun prenne conscience de ses comportements et évite de causer des dommages aux infrastructures, tels que les déversements sauvages dans les canaux à ciel ouvert » Et Hamidou Diallo, président départemental des délégués de quartier de Guédiawaye de souligner que, « ses pairs feront de la question d’un cheval de batail.

De plus, l’objectif est d’encourager la participation citoyenne et de promouvoir des actions responsables, notamment autour des bassins de rétention. La préservation des ouvrages doit être une affaire de tous », dira-t-il. Des sketches de sensibilisation aux populations sur le sujet de l’assainissement, ont été présentés au public. Une rencontre des acteurs et qui a été une occasion de mettre en lumière l’importance de la préservation et de la maintenance des ouvrages d’assainissement. Il faut signaler que l’initiative intervient dans le contexte de l’hivernage, une période souvent marquée par des inondations qui affectent plusieurs quartiers de la banlieue.

Et pour mettre fin à cette situation, les autorités débloquent plusieurs milliards chaque année pour lutter contre le phénomène mais une solution définitive tarde à être trouver. C’est la raison de l’engagement des acteurs composés des Ongs et entre autres. Toutes les 5 communes du département de Guédiawaye, ont été sillonnées pour tenir des rencontres d’échanges avec les acteurs. Il faut dire que les débats se sont tournés autour de la sensibilisation aux populations sur la préservation des ouvrages d’assainissement et de gestion des inondations. « Bien que l’État soit en charge de la mise en place de programmes de gestion des inondations et de construction d’ouvrages, il est essentiel que la population prenne part à la maintenance et à la préservation de ces infrastructures », estime toujours Badiane selon qui, « la mobilisation de tous est nécessaire pour prévenir les inondations durant la saison hivernale et minimiser les conséquences néfastes pour les habitants. Dans cette optique, un partenariat a été signé avec le ministère chargé de la prévention et de la gestion des inondations.

Dans les semaines à venir, des équipes se rendront sur le terrain pour évaluer les points critiques et les ouvrages endommagés, afin de fournir des réponses immédiates aux problèmes identifiés. Le suivi de ces actions sera également assuré, et l’installation d’un bureau dédié facilitera la communication avec les populations locales. L’objectif est d’établir un lien direct et efficace entre les citoyens et les autorités, car c’est à la base que se trouvent la connaissance et les informations nécessaires pour une gestion appropriée des inondations ». Après les délégués des quartiers de Guédiawaye, c’est le tour de ceux de Pikine. Ces derniers se sont réunis dans la commune de Thiaroye sur mer pour se débattre sur la question de l’assainissement. Une nouvelle démarche qui témoigne de l’engagement des acteurs. Et ici, le maire de cette localité a été représenté. Les délégués de quartier ont exprimé un éventail de doléances liées aux difficultés rencontrées par la population en raison des inondations. Les représentants ont notamment souligné la nécessité de procéder au curage des caniveaux, au pompage des eaux de pluie stagnantes pendant la saison des pluies, et ont plaidé pour le raccordement des ménages aux réseaux secondaires de drainage des eaux pluviales.

D’après le Secrétaire Général de l’association des délégués de quartier déclare que, « les moyens seront déployés pour sensibiliser les habitants à la préservation des infrastructures destinées à la gestion des inondations et à l’amélioration du cadre de vie ». Moussa Thiam, président du CRAJEHAE et qui est membre et partenaire soutient que, « les campagnes doivent être accentuées sur la communication pour mieux imprégner les populations. C’est une manière pour contribuer à la lutte contre le mauvais assainissement ». Il invite les acteurs de la presse à s’impliquer dans le combat. Il en appelle à la responsabilité collective pour lutter efficacement contre les inondations et préserver les ouvrages d’assainissement. Il faut signaler que c’est dans cette optique que le programme « Wajal Nawet », soutenu par l’État du Sénégal, a été mis en place. Suffisant pour que monsieur Badiane rappelle que, « le recrutement de plusieurs volontaires est prévu au cours de l’hivernage.

Et l’objectif visé, c’est d’accompagner les populations pour la gestion des inondations, en mettant en place des mesures de prévention adaptées afin de soulager tout le monde par rapport aux désagréments causés par les inondations ». L’initiative a permis aux acteurs d’échanger sur plusieurs sujets liés à l’assainissement dont souffrent plusieurs quartiers de la banlieue. Les délégués de quartiers, les Ongs, les acteurs de la presse et les communes ont mis en synergie leurs forces pour s’engager dans le combat. Des activités qui vont être déroulés à travers toutes les 5 communes du département Guédiawaye et les 12 autres communes de la ville de Pikine. Des visites sont prévues pour constater l’état des ouvrages réalisés par les autorités dans le cadre de la lutte contre les inondations et autres. Depuis des années, la question de l’assainissement demeure cruciale au niveau de certaines localités de la banlieue qui fait partie des zones les plus touchées par les inondations au Sénégal surtout pendant la saison des pluies. Il faut noter également des efforts ont été fait dans ce sens par le ministre chargé de la question qui ne ménage aucun effort pour assister les différents acteurs et partenaires qui travaillent sur la question de l’assainissement.

Plusieurs doléances ont été également soulevées lors de la rencontre avec les délégués des quartiers sans parler de l’implication des radios communautaires qui auront la charge de transmettre les bonnes informations pour toucher le maximum de personnes. A Thiaroye et Wakhinan, on note la présence des « Bajenu Gox » qui ont un rôle important dans le cadre de la sensibilisation aux populations. Monsieur Badiane a promis de ne pas baisser les bras pour mettre en place des stratégies et des plans, en collaboration avec des partenaires pour mettre fin aux calvaires des populations habitantes dans des zones basses.

Sada Mbodj

Vérifier aussi

Trois (03) Personnes meurent dans un accident: Du sang a coulé sur la VDN

Encore une triste journée pour les usagers de la route. Hier, un bus tata de …